Quoi de neuf en jeux vidéos ce mois-ci ?

En bon joueur droggé, asocial, obèse et violent, j’ai fait des folies et englouti un salaire mensuel tunisien dans deux jeux vidéos : Crysis 2 et Portal 2. Petit compte rendu :

Crysis 2 :

Crysis 1

En 2007, Crysis 1 avait marqué les esprits par son réalisme et sa beauté. L’action se déroulait sur une île paradisiaque bientôt envahie par des mexicains des aliens qui menaçaient de poser leur drapeau colonial sur le parterre de la Maison Blanche. Bon petit scénar, bonne immersion, jeu splendide, jouabilité fendarde et impression de liberté étaient là pour mon plus grand bonheur.

J’attendais donc Crysis 2 de pied ferme, persuadé de trouver une nouvelle perle graphique. Mais c’était sans compter le portage sur console et l’alignement technique par le bas qui en a découlé. Ce n’est pas moche mais franchement, la claque graphique et les décors visibles à des kilomètres sont loins. Ici, tout se passe dans les murs de New York, entre des bâtiments de 5 polygones. C’est quelconque. C’est la première fois que je vois un jeu techniquement moins beau que son aîné.

Pas grave, il reste le scénario et l’immersivité. Sur le premier point, je n’ai pas grand chose à redire. Ce n’est pas très profond, mais on en apprend plus sur les aliens et la mise en scène est très bien faite. Côté l’immersivité, ben bof. Le héros a choppé le syndrome de Freeman et ne pipe plus mot.

Que dire d’autre ? Je n’ai pas testé le mode multi. Je suis persuadé que c’est encore du panpan spécial console sans intérêt. Par contre, un bel effort a été apporté à la traduction, mais j’aurais préféré pouvoir choisir la VO.

En résumé, si je me prenais pour un pigiste de canard PC, je lui collerai la note de « mouais, pourquoi pas ». D’ailleurs, eux aussi ont été déçus.

Portal 2 : 

Histoire de ne pas passer pour un éternel râleur, Je vais vous causer de Portal 2.

Ce jeu est le fruit d’un test mené par Valve pour savoir si les joueurs adhéreraient à un FPS sans arme létale et dans lequel il faut réfléchir : ça, c’était Portal 1. Devant le succès du jeu, une suite a vu le jour, 4 fois plus cher, 2 fois plus longue, mieux finie et apportant pour la première fois, un vrai mode coop à un jeu. J’entends par là que vous avez besoin de votre pote pour terminer le niveau. Sans sa participation active de sa part, c’est impossible.

Le jeu a la durée de vie d’un papillon. Je l’ai fini en environ 8h (le mode solo). C’est très didactique. La campagne coop doit durer autant de temps.

Valve va livrer un éditeur de niveau simplifié par rapport au 1 et plus puissant. Leur but est de faire participer la communauté, et de s’en inspirer pour de futures extensions. Extensions qui seront d’abord gratuites si on en croit les rumeurs !

Le mode solo est partagé entre puzzle et histoire à 50/50. Le multi est plus un ensemble de salles sans autre but que les tests pour l’instant (20/80 %).

Si vous aimez, je vous conseille vivement le 1, devenu culte. En plus, vous saurez pourquoi le centre est dans cet état.

Voilà, Portal 2, c’est fait. Attendons Half Life 3 maintenant 🙂

Spi

Tombé de l'arbre de l'évolution, tente vainement de rattraper son retard. Se rassure en surfant sur les skyblogs.

Les derniers articles par Spi (tout voir)

Commentaires FaceBook

commentaires

Laisser un commentaire