Si si, cet article est drôle ! Salve 1.

Un petit recueil de  blagues rigolotes :

Innocent frigo

Au Paradis, l’homme commence son récit :
Cela faisait un certain temps que je soupçonnais ma femme d’avoir une relation extra-conjugale. Je suis donc rentré chez moi à l’improviste et évidemment, je l’ai trouvée complètement nue sur le lit. J’ai immédiatement fouillé l’appartement pour trouver le coupable. En vain. Et puis je me suis souvenu qu’habitant au 15e étage d’une tour, nous disposions d’un petit balcon. J’ai donc ouvert la porte-fenêtre et c’est là que j’ai vu cet homme, suspendu dans le vide et s’agrippant à la rambarde du balcon. Je lui ai piétiné les mains pour qu’il tombe mais il tenait bon… Alors je suis parti chercher un marteau. À grands coups sur chaque main, il a fini par lâcher prise. Mais un arbre a amorti sa chute. Voyant qu’il bougeait encore, j’ai attrapé le réfrigérateur de la cuisine et je l’ai fait basculer sur cet individu. L’effort a été si violent que j’ai succombé à une crise cardiaque. Et donc me voilà.
Ah bon ? répond Saint-Pierre passionné. C’est bon, vous êtes admis au Paradis.

Un second homme se présente peu après et commence à raconter l’histoire de sa mort à Saint-Pierre :
Voyez-vous, débute t-il, j’étais en train de repeindre mon balcon au 17e étage d’une tour. Mon tabouret a vacillé et j’ai basculé dans le vide..
Mais j’ai eu la possibilité de me rattraper à un balcon deux étages plus bas. Je pensais être sauvé quand le propriétaire de ce balcon à commencé à me
piétiner les mains, puis à me casser les doigts à coups de marteau. Il était fou furieux que je m’accroche à son balcon. Et pire lorsque j’ai lâché prise, comme je ne suis pas mort tout de suite, il m’a balancé son frigo sur la tête pour m’achever…
Oui j’ai entendu parler de cette histoire, vous pouvez entrer au Paradis…

Un troisième homme arrive et entame lui aussi son récit à St-Pierre :
Franchement, je ne sais pas comment c’est arrivé. J’étais caché à poil dans un frigo…

Crédibilité

Un gendarme en moto arrête un gars pour excès de vitesse manifeste.

Le gendarme :
– « Monsieur, pourrais-je voir votre permis de conduire, s’il-vous-plait ? »

Le conducteur :
– « Je n’en ai plus. On me l’a retire il y a des mois apres 5 infractions graves.

– « Puis-je voir les papiers du vehicule?

– Je ne sais pas. Ce n’est pas ma voiture, je l’ai volee. »

– « Le vehicule est vole ?? »

– « C’est exact. Mais maintenant que j’y pense, j’ai cru voir des papiers dans la boite a gants, quand j’y ai range mon revolver. »

– « Il y a un revolver dans la boite a gants ??? »

– « Oui, Monsieur. C’est la que je l’ai mis quand j’ai tue cette femme et pris sa voiture. »

– « Vous … vous avez tue la proprietaire de cette voiture ?? »

– « Oui, Monsieur. Le cadavre est d’ailleurs encore dans le coffre. »

– « Le … le cadavre est dans … le coffre ??!? »

– « Oui, Monsieur. »

Le gendarme recule de deux pas, empoigne sa radio et appelle des secours qui arrivent vite fait, encerclant la voiture.

Un officier s’approche du conducteur.

– « Puis-je voir vos papiers, Monsieur?

– « Voici.  » Les papiers sont en ordre.

L’officier :

– « Puis-je voir les papiers du vehicule ? »

Le conducteur ouvre la boite a gants, les 10 tireurs d’elite entourant la voiture, epaulent. Le conducteur sort les papiers.

Il est bien le proprietaire de la voiture.

L’officier, jetant un oeil dans la boite :

– « Vous n’avez pas d’arme? »

– « Non, Monsieur. »

– « Voulez-vous sortir de votre voiture, sans mouvement brusque, et ouvrir votre coffre ? »

Le conducteur sort. Ouvre le coffre. Qui est vide. Evidemment.

L’officier :
– « Je ne comprends pas, Monsieur, il m’a été rapporte que vous conduisiez, sans papiers, cette voiture volée apres avoir tue sa passagère au moyen d’une arme cachée dans la boite a gants, et dont le corps se trouvait dans le coffre …

– « Et je suppose que le type qui vous a raconte cela vous a dit aussi que je roulais trop vite … »

Poésie

Il y a 20 ans, John, alors enfant, rêvait d’être écrivain. Son souhait était d’écrire des choses qui allaient donner des émotions, faire pleurer, s’énerver et révolter ses lecteurs…
Il a réussi… Il rédige les messages d’erreur pour Microsoft.

Blonditude

Dans la rue, une blonde croise par hasard un couple d’amis qu’elle n’avait pas revu depuis plusieurs mois. Elle prend immédiatement des nouvelles du dernier né de la famille.
« Et il marche maintenant le petit trésor ? », demande la blonde.
La mère répond: « Oh oui depuis quatre mois déjà ! »
Et la blonde: « Ben dites moi, il doit être loin… »

Twilight

 Maman, c’est quoi un vampire ?

– Maman, c’est quoi un vampire ?

– Maman, c’est quoi un vampiiiiire ?
– Tais toi et mange ta soupe avant qu’elle coagule !

PPT

Une association de nains a monté un club de football, et chaque dimanche ses équipes jouent l’une contre l’autre. Après le match, tous vont dans un café on leur réserve la salle à l’étage pour boire un vin chaud.

Un dimanche, un client bourré, accoudé au comptoir, voit descendre dans l’escalier un, deux, trois, cinq, dix enfin onze nains en maillot bleu qui traversent la salle, passent devant lui et sortent dans la rue.

Il se frotte les yeux et recommande un whisky.

A peine l’a-t-il bu qu’il voit un, deux, cinq, dix puis onze nains en maillot rouge descendre à leur tour l’escalier, passer devant lui, sortir dans la rue.

Il appelle Tony, le propriétaire du bistrot et lui dit à l’oreille :

‘Je voudrais pas t’inquiéter, mais y’a ton baby-foot qui se barre’.

Ch’ti

Vous savez que vous êtes du Nord quand…

– vous savez ce qu’est un welsh et ce qu’il y a dedans (pour les Anglishes, nan on est pas cannibales on bouffe pas les Gallois !!) !
– vous avez au moins une fois déjà comblé un ptit creux à la chicorée à 6h du mat’
– petit vous aviez des crayons de bois et non pas des crayons à papier
– vous vous méfiez en voiture des 6 2
– vous comprenez le mot babache (et tant pis pour les babaches autour qui ne comprennent pas)
– pour le LOSC vous iriez loin… (au moins jusqu’au grand stade de Villeneuve)
– en voiture on vous dit « remonte le carreau » , vous savez quoi faire !
– prononcer le « t » à la fin du mot « vingt » ne vous paraît pas bizarre
– il ne pleut pas c’est qu’il fait beau !
– vous savez ce qu’est de la cassonade
– vous lavez par terre avec une raclette/un racleau et une wassingue
– vous allez acheter l’essence et la bière en Belgique
– vous dites « mettre la porte contre » et la plupart des gens comprennent
– vous dites « marcher à pied de chaussettes »
– vous jugez la convivialité d’une ville au nombre de ses cafés
– vous ne prenez pas les baraques à frites pour des gens du voyage
– il drache… on sort couvert
– vous connaissez la recette secrète de la fricandelle
– Eurostar, Thalys et TGV sont des mots courants
– vous devez prétexter habiter dans un igloo et porter des peaux de bête pour plaire à vos connaissances parisiennes
– vous connaissez la rue de la soif à Lille
– vous réalisez que Bruxelles est vachement mieux que Paris
– à chaque fois que vous partez en vacances vous trouvez qu’il fait bon
– la chanson d’Alain Souchon « le baiser » te rappelle tes aventures à Bray Dunes
– au tri postal tu n’apportes pas ton courrier
– vous ne confondez pas la Voix du Nord avec une ligne de train
– vous n’avez jamais prétexté une grève des conducteurs de métro quand vous arrivez en retard au taf
– la définition du mot froid vous semble vraiment différente dans le sud
– vous regardez A s’baraque de Dany Boon sans les sous-titres
– vos doigts sentent la moule le premier week-end de septembre
– la pluie ne vous empêche pas de sortir
– les frites avec de la mayo ça vous parait normal
– vous vous offusquez des reportages dans le Nord sur les chaines nationales… mais ça vous fait quand même bien rire
– dès le moindre rayon de soleil, vous squattez les terrasses (même en plein hiver)
– vous dîtes « s’il vous plaît » en tendant la monnaie pour payer vos achats
– pour vous, le gris est une couleur
– vous rêvez de vivre au soleil mais l’idée de quitter Lille est difficile
– vous savez prononcer Pot’je vleesh (mais vous ne savez peut-être pas l’écrire)
– vous trouvez le clapotis de la pluie romantique
– pour vous la métropole, c’est Lille et sa région.. pas la France entière
– vous savez que Rijsel et Lille ne font qu’un
– une semaine sans patate c’est impossible
– vous connaissez vous aussi une Cathy Bigotte
– pour vous, le carnaval à ne surtout pas manquer ce n’est ni Rio ni Nice mais celui de Dunkerque
– Gaston et Thérèse ne sont pas des prénoms mais des lycées
– la phrase « j’ t’appelle et j’te dis quoi » n’est pas pour vous une bizarrerie mais un apport futur d’informations

Qui va à la chasse perd sa place

C’est un homme de 88 ans qui va chez le docteur pour un examen annuel.
Ce dernier lui demande : « comment vont les choses? »
l’homme lui répond : « je suis en pleine forme, je sors avec une jeune de 18 ans, et je l’ai mise enceinte. Qu’est-ce que vous pensez de ça, doc ? »

« Laissez-moi vous raconter une histoire, dit le docteur. C’est une histoire vraie. J’ai un ami, assez distrait, qui est un passionné de chasse, il n’a jamais manqué une saison. Un jour, alors qu’il s’en allait chasser et qu’il était pressé, il se trompa et au lieu de prendre son fusil, il prit son parapluie. Au coeur de la forêt, il aperçoit un ours qui fonce sur lui. Il saisit son parapluie, l’épaule et appuie sur la poignée. Savez-vous alors ce qu’il s’est passé ? »

« Non. » dit le vieillard.
« Eh bien, l’ours tomba raide mort à ses pieds. »
« C’est impossible, s’insurgea le vieillard. Quelqu’un a dû tirer à sa place. »

Le docteur : « C’est là où je voulais en venir… »

Déceptions

Le jeune fils à son père :
« dis papa, c’est quoi la différence entre potentiellement et réellement? »
Le père réfléchi 2 minutes et se tourne alors vers sa femme :
« dis chérie, est-ce que t’accepterais de coucher avec Georges Clooney pour 1 million de dollars ?
– Ah ben ouais alors et sans hésiter, c’est quand même G. CLOONEY!! »
Puis le père se tourne vers sa fille
« – et toi, tu coucherais avec Brad PIT pour un million de dollars ?
– C’est mon plus grand fantasme, tu parles que j’dis oui!! »
Le père se tourne ensuite vers son fils ainé
 » et toi alors, tu coucherais avec Tom CRUISE pour un million de dollars?
– Ben ouais, t’imagines pas tous ce qu’on peux faire avec 1 million de dollars! »
Le père se tourne donc enfin vers son jeune fils :
« – Tu vois, potentiellement on est assis sur 3 millions de dollars et réellement, on vit avec 2 salopes et un pédé »

You’re doing it wrong.

Un homme d’affaire vient d’investir pas mal de pepettes dans un pays d’Affrique.
Il rend donc visite au président local pour maintenir de bonnes relation diplomatiques.
Aprés avoir longuement discuté affaires et en bon hôte, le président lui propose de passer le reste du week end à se détendre.
Ce soir, il peut choisir l’une des plus belles femmes black du palais présidentiel pour passer la nuit et demain dimanche, c’est golf.
Il choisit donc sa compagne et commence à besogner.
Dans sa langue natale, elle commence à crier « boulayaya, boulayaya ! » et ce de plus en plus frénétiquement jusqu’à ce qu’il termine sa petite affaire.
Le lendemain, le président et notre homme d’affaire se rejoignent sur la parcours et commence leur partie.
Le président joue trés bien et rentre la balle en 3 coup avec un dernier put.
Un trés beau par se dit l’homme d’affaire qui cherche un moyen de montrer son admiration.
Il a une idée originale et dit : « Boulayaya ! ».
Là dessus le président se retourne et dit : « Comment ça, le mauvais trou ? ».

Adorable

Dans un hopital psychiatrique, un sadique, un masochiste, un pyromane, un nécrophile, un zoophile, et un assassin èrent dans l’hôpital.
Le zoophile qui dit :
–  Et si on enculait le chat ?
Et le sadique qui réplique :
–  Et après on le torture !
L’assassin ajoute :
– Pour finir on le tue !
Le nécrophile dit :
– On l’encule, on le torture, on le tue et on le réencule !
Le pyromane complète :
– Bonne idée. On l’encule, on le torture, on le tue, le réencule, et on le brule !

Les cinq regardent le masochiste et ils lui disent et toi tu lui fais koi ?

Le masochiste repond :
– Miaouw !

Jamais trop tard

Fidèle à ses habitudes, une petite vieille assiste à la messe du matin, quand tout à coup le curé dit
– Que tous ceux qui ont commis le péché d’adultère s’avancent.

La petite vieille, un tantinet dure d’oreille, demande à son voisin:
– Qu’est-ce que vient de dire monsieur le curé ?

Ce dernier répond :
– Il a dit que tous ceux qui désirent une pastille à la menthe s’avancent.

La petite vieille, chancelante et s’appuyant sur sa canne, se lève alors
avec peine. Le curé lui lance, offusqué :
– Vous ? Madame ? A votre âge, vous n’avez pas honte ?

– Ce n’est pas parce que je n’ai plus mes dents que je ne suis pas capable
d’en sucer une de temps en temps, vous savez !

Mauvaise approche

Un jeune inspecteur des impôts est envoyé pour un contrôle fiscal à la grande synagogue de Paris.

Impitoyable, il pose de nombreuses questions au rabbin :
– Que faites vous des restes de cire et de bougies ?
Nous les renvoyons a notre fournisseur qui, une fois l’an, nous offre un paquet de bougies

– Et les restes des pains, toutes ces miettes, qu’en faites vous ?
– Mais, la même chose, nous les expédions à notre boulanger et, une fois l’an, il nous donne gratuitement quelques pains supplémentaires

Moqueur, l’ inspecteur ajoute :
– Et ce qui reste des circoncisions… Toutes ces petites peaux…
Qu’en faites vous?
Imperturbable, le rabbin répond :
– Mais, comme pour le reste, nous les envoyons au Centre National
des Impôts et, une fois l’an, ils nous envoient une tête de gland !

Homonymes

La Citroën de Sarkozy remonte paisiblement les Champs-Élysées.

Tout a coup, elle est rattrapée par la 407 de Delanoë.

Quand les voitures sont côte à côte, Delanoë baisse sa vitre et crie à Sarkozy :
– Espèce de bon à rien ! ‘, Et il referme sa vitre.

Sarkozy fait signe au chauffeur de rattraper Delanoë, il descend sa vitre et hurle :
– ‘Magouilleur ! ‘

Delanoë rattrape Sarkozy et crie :
– ‘Escroc ! ‘

Excédé, Sarkozy finit par crier :
– ‘EMBRAYAGE !!’

Delanoë est tout surpris par cette ‘insulte’ et renonce à continuer ce duel verbal.
Il rentre chez lui en se demandant ce que ce mot pouvait contenir comme insulte. Il décide de regarder dans le dictionnaire si ce mot a un double sens.

Il ouvre son petit Robert et lit :
– EMBRAYAGE : pédale de gauche

A bientôt ^^

Spi

Tombé de l'arbre de l'évolution, tente vainement de rattraper son retard. Se rassure en surfant sur les skyblogs.

Les derniers articles par Spi (tout voir)

Commentaires FaceBook

commentaires

Laisser un commentaire