Un p’tit Clip ? Découvrez Sia : Chandelier

Merci à Sylvain de m’avoir fait découvrir ce charmant clip de Sia, chanteuse Australienne aux faux airs de Barbara Streisand mais qui se rattrape très bien musicalement. La dame n’est pas très connue mais vous serez surpris de savoir qu’elle a notamment chanté She Wolf (Falling to Pieces) de David Guetta. Le clip, quant à lui est… particulier, je vous laisse le découvrir.

Et comme je suis sympa, je vous colle les paroles si vous voulez vous exercer à quelques vocalises et faire saigner les oreilles de votre chien. Par contre, évitez de reproduire la danse, je pense que vous n’êtes pas encore prêts. Vous êtes prévenus. 😉

« Chandelier »

Party girls don’t get hurt
Can’t feel anything, when will I learn
I push it down, push it down

I’m the one « for a good time call »
Phone’s blowin’ up, they’re ringin’ my doorbell
I feel the love, feel the love

1,2,3 1,2,3 drink
1,2,3 1,2,3 drink
1,2,3 1,2,3 drink

Throw em back, till I lose count

I’m gonna swing from the chandelier, from the chandelier
I’m gonna live like tomorrow doesn’t exist
Like it doesn’t exist
I’m gonna fly like a bird through the night, feel my tears as they dry
I’m gonna swing from the chandelier, from the chandelier

And I’m holding on for dear life, won’t look down won’t open my eyes
Keep my glass full until morning light, ’cause I’m just holding on for tonight
Help me, I’m holding on for dear life, won’t look down won’t open my eyes
Keep my glass full until morning light, ’cause I’m just holding on for tonight
On for tonight

Sun is up, I’m a mess
Gotta get out now, gotta run from this
Here comes the shame, here comes the shame

1,2,3 1,2,3 drink
1,2,3 1,2,3 drink
1,2,3 1,2,3 drink

Throw em back till I lose count

I’m gonna swing from the chandelier, from the chandelier
I’m gonna live like tomorrow doesn’t exist
Like it doesn’t exist
I’m gonna fly like a bird through the night, feel my tears as they dry
I’m gonna swing from the chandelier, from the chandelier

And I’m holding on for dear life, won’t look down won’t open my eyes
Keep my glass full until morning light, ’cause I’m just holding on for tonight
Help me, I’m holding on for dear life, won’t look down won’t open my eyes
Keep my glass full until morning light, ’cause I’m just holding on for tonight
On for tonight

Bien sûr, je compte sur mes camarades nordistes pour faire abstraction du fait qu’une fillette de 12 ans danse à moitié à poils dans le clip. ^^

Ah, et ne pensez pas qu’un chandelier c’est le pauvre porte bougie. En anglais, c’est un lustre. Je sais, ça ne vous aidera pas à comprendre les paroles. Si quelqu’un a une explication de texte, je suis preneur. En attendant, je me fais ma propre interprétation :

Il s’agit d’une pauvre fille qui cherche à s’évader grâce à la fiesta et l’alcool (on l’entend d’ailleurs bien aux effets dans sa voix si l’on y prête attention). Lorsqu’on l’appelle pour aller teufer, elle ne peut pas résister car elle sait qu’elle se sentira bien jusqu’à l’aube. Pourtant, elle sait aussi qu’elle ne devrait pas, mais ça lui permet de tenir. On suppose donc qu’elle a une vie dissolue de merde et que chaque matin ses résolutions d’arrêter tombe à l’eau. Finalement, le clip avec la petite fille est très joli, mais aussi très en décalage avec le texte. J’imagine que l’appartement pourrait représenter l’état intérieur de la chanteuse.

Je tiens à remercier mes profs de français pour m’avoir permis cette analyse pourrite. Vous trouverez dans les commentaires une explication de texte de Soso bien plus convaincante. 🙂

Spi

Tombé de l'arbre de l'évolution, tente vainement de rattraper son retard. Se rassure en surfant sur les skyblogs.

Les derniers articles par Spi (tout voir)

Commentaires FaceBook

commentaires

2 Responses to Un p’tit Clip ? Découvrez Sia : Chandelier

  1. SosoB dit :

    Ton analyse n’est pas au top. Le clip et la chanson vont parfaitement ensemble car ils transmettent les mêmes émotions. Il n’y a pas vraiment de décalage entre le texte et le clip, si bien sur tu as parfaitement compris les paroles. L’appartement représente l’état intérieur de la chanteuse certes, mais aussi le fait de ne se sentir bien nul part, une impression d’être perdue peu importe le lieu, connu ou méconnu.
    Si tu regardes les mouvements de la danseuse, tout colle parfaitement, l’envie de sortir et l’amour qu’on ressent en étant entouré même de personnes toxiques pour nous. Mais aussi cette envie d’échapper à cette vie qui ne nous convient plus (on voit la danseuse être à la fois attirée puis repousser par les mêmes endroits, puis à certains moments elle semble vouloir s’échapper mais est comme ramener dans cette « fête » par une force invisible). Le plus grand mal, qui a touché tous les siècles reste la solitude. Vaut-il vraiment mieux être seul que mal accompagné?
    Ce clip représente la déchéance d’une société qui préfère boire pour oublier, une société de sacrifier qui savent que rien ne sera meilleur et que le temps n’améliora pas les choses. On voit dans la danseuse une jeune fille innocente (d’où le juste le justaucorps, qui représente l’innocence, la fragilité, mais aussi la faiblesse, rien ne la protège elle est mise à nue, c’est une tenue artistique pour un clip artistique pas une « gamine de 11 ans à moitié à poil ».) qui se bat pour survivre dans cet environnement hostile qu’est son quotidien. Elle n’a pas une vie dissolue de merde seulement une vie de solitude, d’angoisse et de destruction. Je vois la danseuse comme une sorte d’alter ego de Sia, qui transmet donc son vécu et ses difficultés, cette chanson fait pour moi écho avec le passé de Sia, mais aussi sa difficulté à se sociabiliser quand on est célèbre.
    Elle ne cherche pas à s’évader en faisant la « fiesta », elle vit au jour le jour : « Keep my glass full until morning light, ’cause I’m just holding on for tonight » ou encore « I’m gonna live like tomorrow doesn’t exist ».
    Cela pour une seule raison car elle ne veut pas mettre fin à ses jours mais ne veut pas continuer de vivre cette vie qui l’a tue  » And I’m holding on for dear life, won’t look down won’t open my eyes ». Elle se voila la face sur sa propre existence pour la rendre plus supportable. Car on voit par la phrase  » Sun is up, I’m a mess/ Gotta get out now, gotta run from this/ Here comes the shame, here comes the shame » qu’elle a honte de ce qu’elle fait, qu’elle veut fuir ses habitudes mais c’est impossible pour le moment.
    Cette chorégraphie endiablée sur cette musique pleine de souffrance est à la fois touchante et inquiétante on pourrait presque l’apparenter à la folie de l’être, la folie de rester en vie, la folie de se battre pour un combat perdu d’avance.
    Je pense que ce clip représente tout simplement un passage de la vie de la chanteuse qui a été dur à surmonter, et grâce a Maddie Ziegler (la danseuse) ainsi qu’a la voix extrêmement touchante de Sia ainsi que ses paroles on obtient une vidéo à la fois extraordinairement sombre qui nous touche au plus profond de nous, et nous parfait de découvrir une artiste qui expose ses faiblesses, tout en nous rappelant les nôtres.

    • Spi dit :

      Et bien merci d’avoir pris le temps de nous proposer une interprétation bien plus complète du texte. Je ne doute pas une seconde que mon analyse soit « très limitée » car tout comme en 5ème, je suis bien incapable de déceler les signes et les métaphores abstraites des textes (et aujourd’hui des clips). 😉

Laisser un commentaire