Je n’ai rien à cacher, je suis pour la surveillance massive !

Combien de fois j’ai pu entendre cette réflexion simpliste. Pour contrer cet argument tout pourri, je vous propose une petite vidéo qui vous expliquera pourquoi plutôt que d’étouffer doucement la liberté de pensée et d’expression, il n’est pas une mauvaise idée de rappeler à quel point elle est vitale dans une démocratie.

Selon Glenn Greenwald, nous avons forcément tous quelque chose qu’on ne veut pas que les autres découvrent (notre troisième téton, notre maîtresse cachée, notre sex tape houleuse, nos rêves syndicaux, mon plan pour conquérir le monde…). Affirmer qu’on a rien à cacher, c’est se leurrer et se forcer à une conduite parfaitement conformiste pour rester cohérent.

La surveillance des masses a deux effets pervers selon Glenn :

  • Elle fait croire que seules les mauvaises personnes ont des choses à cacher (terroristes, pédophiles, etc.). C’est bien sûr faux, il y a tout un tas de raisons pour ne pas vouloir être épié en permanence.
  • La pression de la surveillance modifie les comportements pour nous rendre plus conformistes, obéissants, soumis et limite l’activisme. Du pain béni pour un régime dictatorial(1).

Quelques citations édifiantes avant de vous laisser regarder la vidéo :

Question à Eric Schmidt, PdG de Google(3) :
– Les gens voient Google comme leur confident. Ils devraient ?
– Si vous faites quelque chose que vous ne voulez pas que les autres sachent, peut-être auriez-vous dû commencer par ne pas le faire.

La surveillance massive crée une prison de l’esprit plus efficace que la force brute ne pourrait jamais l’être.

Glenn Greenwald

Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.

Benjamin Franklin

Vous savez, Jennifer Lawrence aussi n’avait rien à cacher. Ben effectivement, elle ne cachait pas grand chose, la coquine !

Spi.

Si vous êtes anglophone, laissez-vous convaincre par l’intervention de Glenn(2).

Edit : vous pouvez aussi regarder une autre vidéo de 20 minutes, en français cette fois. Elle est publiée dans les commentaires de cet article par Dju.

Alors, convaincus ? 😉

A voir :

  1. 1984
  2. Glenn Greenwald nous explique pourquoi la vie privée, c’est important (vidéo de 20 minutes en anglais)
  3. – People are treating Google like their most trusted friend. Should they be?
    – I think judgment matters. If you have something that you don’t want anyone to know, maybe you shouldn’t be doing it in the first place.
  4. Le site de la Quadrature du Net

Spi

Tombé de l'arbre de l'évolution, tente vainement de rattraper son retard. Se rassure en surfant sur les skyblogs.

Les derniers articles par Spi (tout voir)

Commentaires FaceBook

commentaires

7 Responses to Je n’ai rien à cacher, je suis pour la surveillance massive !

  1. dju- dit :

    Hop ! Voici quelques arguments complémentaires, chez nos amis de la Lorraine ;

  2. eddymalou dit :

    Mes yeux ont pris feu à la lecture des citations.
    « Si vous faites quelque chose que vous ne voulez pas que les autres sacheNT, peut-être auriez-vous dû commencER par ne pas le faire. »
    « La surveillance massive créÉe une prison de l’esprit plus efficace que la force brute ne pourrait jamais l’être. »
    Grammar Nazi à part, cet article et le précédent me plaisent énormément. Encore bravo 😉

    • Spi dit :

      Voici un peu de biafine pour vos yeux, Eddy.
      Je ne sais pas pourquoi, mais en plus j’ai modifié se « er » par un « é ».
      En revanche Eddy, je suis obligé de vous contredire sur la conjugaison du verbe créer. 🙂

      cet article et le précédent me plaisent énormément.

      Damnation, je suis en feu ! Ravi d’avoir su satisfaire le (meilleur) savant congolais ! 😛

      • eddymalou dit :

        Pardonnez cette erreur de correction d’erreurs erronées, mes récentes recherches sur une possible application de la congolexicomatisation des lois du maché pour aider les indépendantistes pro-Corse ont perturbé mes capacités d’expression linguistique…

Répondre à Spi Annuler la réponse.