Tag Archives: jesuischarlie

Rejoignez-nous pour interdire la critique de notre foi !

Chers amis, je poste cet article en solidarité avec tous ces pauvres croyants dont on a honteusement dessiné le prophète, mais aussi avec ceux que l’on a dessiné en pédophiles ou en rabbins radins. Je suis donc pleinement d’accord avec ces citoyens qui disent qu’il faut limiter la liberté d’expression : comme le dit si bien cette demoiselle, « Il faudrait réguler la liberté d’expression, qui n’est pas absolue. Toucher à quelque chose de sacré, c’est blessant ».

Pour ma part, mon Dieu m’interdit de regarder les cravates, c’est impudique. Nous y voyons une flèche symbolique vers les organes reproducteurs. Inadmissible et sans doute bien plus offensant que dessiner notre Dieu (paix et miséricorde sur sa trogne). Par conséquent, nous souhaitons nous associer à tous ceux qui veulent qu’il soit interdit de critiquer la religion. En plus des demandes légitimes des autres religions, nous voulons que la loi interdise à quiconque de porter la cravate, symbole des sodomites ! Rendez-vous compte à quel point traverser le parvis de la Défense est devenu un calvaire !

Ah, et Murielle me dit que les gros mots, ça la gène. On ajoutera ça aussi, à bas les gros mots !

Alors vous aussi, rejoignez-nous et faisons respecter nos croyances !

Allez, admettez que c'est marrant quoi. :P

Allez, admettez que c’est marrant quoi. 😛

Timbuktu : la vie d’un village gouverné par l’islam radical

Le film dépeint la vie d’un village proche de Tombouctou passé sous la domination d’extrémistes religieux. Depuis leur venue, les nouvelles lois vont jusqu’à interdire de jouer au football ou d’écouter de la musique. La foi est dénaturée et détournée au profit des plus puissants qui ne respectent pas eux-même leurs préceptes. Les jugements sont expéditifs, la police est cruelle et l’on se rend bien compte que la religion n’est qu’un prétexte à la domination. Timbuktu est une satire qui nous laisse constater la bêtise et les incohérences de ce régime : pendant 1h30, vous suivez le quotidien du village avec la même impuissance que ses habitants.

Dommage que le film passe inaperçu (je suis moi-même tombé sur la bande annonce par hasard) car je pense qu’il a un côté documentaire qui nous donne un aperçu de ce que peuvent vivre les gens sous un islam radical. Un quotidien par très enviable et j’aurais aimé que les gens qui ont lâché des « bien fait » le jour de l’attentat aillent y faire un saut.

Prenez garde tout de même, le film a été sélectionné à Cannes et est bien noté par Télérama, ce qui n’est pas gage d’un film très animé. 😉 A voir uniquement si vous êtes motivé pour découvrir la vie sous daesh & co. 🙂

« Vous portez préjudice à l’islam et aux musulmans. »

Un peu de contexte historique :

Le 1er avril 2012, dans le cadre de l’insurrection au Nord du Mali menée par le MNLA, l’armée malienne perd le contrôle de la ville au profit de divers mouvements rebelles touareg rapidement supplantés par les islamistes salafistes radicaux. Du 30 juin à fin décembre, les islamistes des mouvements AQMI et Ansar Dine se lancent dans la destruction systématique des tombeaux des saints musulmans et des mausolées de la ville. L’intervention de l’armée française dans le cadre de l’opération Serval aux côtés de l’armée malienne permet la reprise de contrôle partiel de la ville — aéroport de Tombouctou et principaux accès à la ville pris notamment par le 2e régiment de parachutistes de la Légion étrangère — dans la nuit du 27 au 28 janvier 2013. Durant la journée du 28 janvier, les troupes françaises et maliennes finissent de libérer la ville, sans combats majeurs, et avec un accueil enthousiaste des populations. Cette liesse populaire s’amplifie lors de la visite de François Hollande, « accueilli en libérateur », accompagné de son homologue malien Dioncounda Traoré, lors d’un voyage d’une journée à Sévaré, Tombouctou et Bamako au cours duquel le président de la République française déclare « [avoir] sans doute [vécu] la journée la plus importante de [s]a vie politique. Durant les mois qui suivent, des troupes burkinabées sont chargées par la MINUSMA, avec des éléments français, de sécuriser la ville.

Source : wikipedia.

Les #Anonymous ont été un poil maladroits avec l’#OpCharlieHebdo

Ne crachons pas dans la soupe, l’initiative des Anonymous de nous offrir des comptes Twitter de djihadistes, ou celle de faire fermer leurs sites part d’une bonne intention. Seulement voilà : derrière ces coups d’éclats qui leur feront une belle promo, il y a des gens qui bossent. La police et les RG sont payés pour traquer le vilain cagoulé et le fait d’éparpiller leurs « clients » ne va pas leur faciliter le travail. Il faudra retrouver les nouveaux comptes et sites. Leur action est donc probablement contre-productive.

Donc, amis Anonymous, fournissez ces informations aux autorités si vous le voulez mais ne faites pas votre BFM qui a été accusé d’avoir donné trop d’informations à la télé (et donc à Coulibaly).

Comme disait le commissaire Biales :

Vouloir jouer les héros, pourquoi pas. Mais avec discernement.

« Ok, la liberté d’expression c’est bien, mais faut pas se moquer du prophète ». #jeSuisCharlie

Il arrive que certains jeunes musulmans pas très au courant de l’Histoire lâchent un « Ok, la liberté d’expression c’est bien, mais faut pas se moquer du prophète » voire un « bien fait ! » au sujet des assassinats à Charlie Hebdo. Ah ben là les enfants, un petit cours de rattrapage s’impose pour vous montrer que vous ne voudriez pas d’un pays où la censure opère.

coran

La notice était pourtant claire…

Toi le jeune, tu es partagé entre les valeurs de la république que le système a oublié de t’inculquer et la foi dans laquelle tu as grandi. Si c’est cette dernière qui guide tes actes, espérons que tu aies compris le vrai message de la religion : vivre ensemble dans la paix, l’amour et faire des bisous. Sinon, soit tu es un « rebelle de la Société » qui veut se la péter, soit tu as un poil dénaturé le message de base et c’est pas mal grave. Vouloir la mort de quelqu’un ou l’approuver c’est pas joli joli dans la plupart des religions (sauf peut-être le satanisme, et encore).

Si tu n’es pas prés à placer la religion devant ta liberté, reste un peu. 

Peut-être que ce n’est pas si cool de vivre selon la charia dure qui interdit de jouer au foot ou d’écouter de la musique ? Personnellement, je préfère avoir la liberté de faire mes choix, d’y réfléchir et d’adopter l’attitude qui me convient vis à vis de ma religion. Pour ça, la liberté d’opinion et d’expression est parmi les droits les plus importants des Hommes. C’est une des garanties fondatrices de la démocratie et c’est un droit qui – paradoxalement – te permet de pratiquer une religion comme bon te semble. Et rappelle-toi que des Hommes se sont battus pour t’obtenir cette liberté et que c’est un don précieux gagné par le sang.

En France, pour contraindre ta précieuse liberté, il faut de très bonnes raisons, c’est pourquoi elle n’est limitée que pour les motifs suivants :

  • Ne pas porter atteinte à la vie privée et au droit à l’image d’autrui.
  • Ne pas tenir certains propos interdits par la loi : l’incitation à la haine raciale, ethnique ou religieuse, l’apologie de crimes de guerre, les propos discriminatoires à raison d’orientations sexuelles ou d’un handicap, l’incitation à l’usage de produits stupéfiants, le négationnisme.
  • Ne pas tenir de propos diffamatoires (atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne).
  • Ne pas tenir de propos injurieux.

Ces garde-fous servent uniquement à ce que ta liberté ne cause pas de tort à d’autres citoyens. Tu remarqueras que le blasphème est accepté car ce n’est pas une incitation à la haine religieuse si, comme le fait Charlie Hebdo, on se moque de toutes les religions sans distinction. Pourquoi est-ce toléré ? Parce que ça ne nuit pas à l’image de quelqu’un, ça ne le discrimine pas, bref : ça ne fait de mal à personne. Au pire, ça rend triste comme lorsque quelqu’un se moque de mon pull tricoté avec amour par mémé. Ca m’agace, mais qu’est-ce que je vais faire ? Je vais essayer de coller une droite au malotru ? On a le droit de critiquer mon pull et je m’en remettrai. Je peux répondre ou débattre, pourquoi pas ? Mais frapper en revanche, c’est démesuré, illégal, très con et ça ne fait pas avancer la réflexion. 

Penses-tu donc que la loi doit interdire de critiquer le bel ouvrage de ma grand mère ? Pour tout ce qui n’est pas hors-la-loi et qui t’agace, on te demande de faire preuve de tolérance, pas d’aimer. La tolérance, c’est ce qui permet de vivre ensemble, c’est ce que prônent l’Etat, les curés, les rabbins et les imams.

Sache que la liberté est le premier droit à être éliminé par les régimes totalitaires pour que tu files droit. Mais si ça te convient, tu peux choisir d’émigrer dans un pays plus approprié à tes convictions. Une vie en Syrie te conviendrait mieux ?

Ca se médite, non ? D’autant plus que des pays du Maghreb tentent en ce moment même d’obtenir une liberté d’expression équivalente à celle de la France.

Je sais bien que ce message ne sera pas lu par les concernés, ils sont à peine quelques milliers de cons intolérants qui pensent qu’on peut tuer des gens pour des dessins. Mais quelque part, ça fait du bien d’en parler. 🙂

Mais où est Charlie ? #JeSuisCharlie

Quelle claque en ce début d’après-midi du 7 janvier. Cabu, Charb, Wolinski, Tignous, tous nous ont quittés, exécutés avec barbarie dans les locaux de Charlie Hebdo. Evidemment, nos pensées vont aux victimes et aux familles endeuillées.

Je n’ai pas envie de commenter ce qu’il s’est passé, la presse s’en chargera très bien mais je voulais toutefois vous faire remarquer deux trucs :

1. Un défenseur de la liberté d’expression est à terre

Outre le drame qui s’est joué, c’est la liberté d’expression qui est mise à mal, car le passe-temps de Charlie, c’était bien de repousser ses limites. Et c’était une bonne chose que quelqu’un s’en charge, surtout qu’elle est régulièrement attaquée.

Mais maintenant, qui va prendre le relais ? Qui sera aussi irrévérencieux et qui nous indignera ? Qui va ouvrir sa grande gueule ? J’espère que ce n’est pas juste fini, car on a besoin d’un peu de déviance bien crade pour tester la démocratie. Seulement, maintenant, faut oser.

2. Un climat propice à l’amalgame

Le drame a suscité des réactions diverses. Si certains décérébrés trouvent que « c’est bien fait », d’autres se sont galvanisés autour du tag « #JeSuisCharlie » pour rappeler que la France est un pays de liberté et que nous défendons le droit de s’exprimer librement.

Et puis, il en est d’autres encore qui se laissent gangrener par la haine du musulman. Car faire l’amalgame entre musulman et terroriste est facile : au moins, on peut les cataloguer au physique. C’est sûr, c’est moins effrayant que de penser qu’un roux converti à l’islam radical peut faire sauter votre station de métro… Je ne peux pas laisser dire que les musulmans sont tous des terroristes, comme je ne peux pas laisser dire que tous les nordistes sont des pédophiles. Désolé, mais ce n’est pas aussi évident. Si ça l’était, on aurait des camps de concentration préventifs…

Franchement, je n’aime pas les religions. C’est caca, c’est un outil de manipulation des foules d’un autre âge. Mais ça fonctionne tellement bien qu’on doit faire avec encore aujourd’hui. Alors faisons preuve d’un peu de tolérance et ne succombons pas trop à nos instincts. Car vous êtes d’accord que la plupart des gens aspirent juste à une vie paisible, non ?