Arrietty le petit monde des chapardeurs


Comme les animes sont boudés par les salles françaises et ma mère qui pensent encore qu’il s’agit de « Mickeys » pour la faune infantile, je me sens le devoir de redorer leur blason. Je vais donc vous parler du dernier né des studios Ghibli, Arrietty qui est sorti le 12 janvier dernier. Mais faites vite, il ne restera pas longtemps à l’affiche.

Arrietty, c’est un « Minipouss » inspiré du roman The Borrowers mais bien ancré dans le doux univers de Miyazaki. Le film met en scène une jeune et minuscule donzelle de 14 ans qui n’est jamais sortie de son trou (au sens propre) et Shô, un garçon malade qui, en dépit des interdits, deviendront amis.

Je vous mets un petit synopsis bien propre :

L’histoire se déroule au Japon, en 2010. Les Chapardeurs sont des lutins hauts d’une quinzaine de centimètres qui vivent sous les planchers en tâchant de ne jamais être vus par les humains. Comme leur nom l’indique, ils vivent de chapardages, mais ne volent que le strict nécessaire. Le film relate les aventures de la jeune Chapardeuse Arrietty, 14 ans, et de sa famille, dans une maison pleine de dangers. L’arrivée d’un jeune garçon dans cette maison de campagne va complètement transformer l’existence de notre héroïne. Le film s’axe en effet, et c’est assez récurent dans les œuvres du Studio Ghibli, sur la rencontre d’un jeune garçon et d’une jeune fille, ici Arrietty la chapardeuse, et Shô, jeune enfant souffrant venu se reposer une semaine dans cette vieille maison familiale. Leur rencontre sera la clé de l’histoire.

On retrouve les thèmes chers à Miyazaki de l’écologie et de l’amitié, le tout dans un univers loin du manichéisme habituel (j’aime coller des mots savants). Le film est superbe, même si personnellement je trouve que ça manque d’action. 🙂

Arrietty, Le petit monde des chapardeurs est réalisé par Hiromasa Yonebayashi, un vieux de la vieille du Studio Ghibli qui a notamment supervisé les effets spéciaux du Voyage de Chihiro. Mais comme forcément, ça ne va pas éclairer votre lanterne, voyez plutôt  ce que ça donne :

Et pour changer des hits des charts bien pollués par les pro-Hadopi (v’là que je dérive encore…), je vous mets une petite vidéo du thème du film écrit par la bretonne Cécile Corbel. De quoi être fiers sans doute, si ce n’est que ce sont les japs qui l’ont faite connaître en France… M’enfin, à vos oreilles :

Pour moi, la meilleure oeuvre du studio est Le voyage de Chihiro, réalisé par Myazaki himself.

Spi

Tombé de l'arbre de l'évolution, tente vainement de rattraper son retard. Se rassure en surfant sur les skyblogs.

Les derniers articles par Spi (tout voir)

Commentaires FaceBook

commentaires

Laisser un commentaire