Mangez le foie cyrhosé d’une oie, hmmmm.

Il y a des choses sur lesquels on trouve facilement des consensus. Par exemple, le fait qu’un de nos présidents (je ne vous dirai pas lequel) soit un nain antipathique manipulateur ou encore que la gastro c’est pas cool. En ce qui concerne le gavage des oies, je ne suis pas certain que tout le monde soit d’accord. Et comme je le rappelais à Dju qui m’a inspiré cet article : j’aime bien titiller le pékin alors parlons-en.

D’un côté, vous avez le paysan, producteur de foie gras de père en fils. Il a peut-être acheté une ou deux gaveuses automatiques, mais en fait, c’est un brave bougre. Il chasse sans doute aussi, mais ça n’en fait pas plus un monstre. Et puis peu lui importe de toute façon car coup de bol, le foie malade s’exporte bien et est une exception française. C’est vrai que c’est bon, alors ok, on continue à autoriser le gavage.

D’un autre côté, vous avez Nicolas Bulot qui vous rappelle que si vous mangez du foie gras, la calotte glacière fondra et on sera nombreux dans les Alpes. Il a raison Nicolas, fourrer des tubes dans le gosier d’une oie, ce n’est pas plus chrétien que de coller un bâton dans l’anus d’un homosexuel. On sait que le gavage « nuit au bien être de l’oiseau« ,  donc, gaver un piaf est assimilable à de la torture.

Que faire ? On arrête de manger du foie gras ? C’est un peu léger quand même, autant aller au bout des choses. Quand on abat votre steak, il ne faut pas oublier que la sensation doit être assez désagréable aussi. Mais ça, personne ne semble vouloir le remettre en question. Alors, je me dis que tout bon opposé au gavage d’oie devrait être végétarien, non ? Je propose aussi d’interdire au lion de chasser l’antilope et de lui filer des croquettes whiskas (la croquette ne souffre pas… quoi que…).
Ou alors, si vous êtes sans conviction, autant bequeter toute sorte de viande sans s’en faire.

Maintenant se pose la question : qui ira en enfer ? Vous qui fermez les yeux sur la torture des oies, moi qui l’assume, ou les végétariens qui tuent d’innocentes carottes ?

En fait, nous sommes omnivores. Nous ne sommes pas obligés de grailler de la viande, mais ça fait partie de notre régime à nous les Hommes. Partant de ce principe, nous avons autant le droit qu’un tigre de dépecer vivant un animal. Mais nous, nous avons un curseur de tolérance. Où se situe le vôtre ? 😉


Ci-dessus Homer, partagé entre le deuil de son ami homard et son goût délicieux.

En ce qui me concerne, je suis un fan du foie gras mais je suis conscient que ces petites bêtes souffrent pendant le gavage. Je leur en suis d’autant plus reconnaissant. Merci aux oies et aux canards de ne pas avoir suffisamment évolué pour que l’on finisse bêtement sur leur table avec une pomme dans la bouche.

Spi

Tombé de l'arbre de l'évolution, tente vainement de rattraper son retard. Se rassure en surfant sur les skyblogs.

Les derniers articles par Spi (tout voir)

Commentaires FaceBook

commentaires

9 Responses to Mangez le foie cyrhosé d’une oie, hmmmm.

  1. dju- dit :

    mmm. ah bin, bravo, j’allais prendre mon café de bon matin, et là, tu m’a coupé l’envie ! Plusieurs remarques sur le fond de ton billet :

    Ta comparaison entre la chasse des animaux sauvages et la manière de consommer des hommes a tout de même des limites.

    Premièrement, l’espèce humaine est la seule espèce qui peut se vanter d’avoir inventé l’industrialisation de la chasse. Il en découle que 1) comme toute industrie, une quantité importante de la « production » n’est que pure perte, les traitements faits aux animaux sont donc parfois complètement gratuits, et relèvent du gâchis, et non d’un besoin de survie 2) comme toute industrie, elle tend à centraliser la production à un seul endroit et ainsi rendre le reste de l’espèce dépendant du bon vouloir et des pratiques de quelques uns. Mais bien sur pour le citoyen moyen, c’est bien plus facile d’aller acheter de belles boîtes de foie gras plutôt que de gaver lui même sa volaille… (de la à faire un parallèle avec Internet, il n’y a qu’un pas que je me garderai de franchir ici, faute de temps)

    Secundo, l’espèce humaine est la seule espèce vivante qui a un semblant de conscience de ce qu’elle fait. Dans le même temps, elle est également la seule espèce dotée de la capacité de juger. On parle de morale, d’éthique, peu importe. Il en découle que cette espèce porte un chouillat plus de responsabilité dans ce qu’elle choisit de faire ou non. En l’occurrence ici, vu le bordel que l’espèce humaine a mis dans l’équilibre biologique sur la planète en seulement quelques dizaines d’années, je veux bien que les gens « assument », mais faudrait pas non plus pousser mémé dans les orties.

    Pour finir ; sur la forme de ton billet : j’adooore :).

    • Spi dit :

      Désolé ^^

      C’est vrai qu’on a un peu pris nos aises avec mère nature. Elle nous a bien fait ch… au début, mais maintenant, on lui a pas mal rendu la monnaie de sa pièce.

      J’avais eu envie d’écrire ce petit bout de texte après qu’un de tes articles me rappelle qu’un « camarade » est radicalement contre le gavage. D’ailleurs, il passera sans doute donner son avis 🙂 J’avais trouvé sa réflexion mi figue mi raisin car pour moi elle n’allait pas jusqu’au bout. Même si c’est sans doute un effort louable de préserver des piafs.

      La chasse, remplacée par l’industrialisation a fait qu’on a sans doute pas assez de considération pour les bœufs alors qu’on s’apitoie sur les oies. Loin des yeux, loin du cœur comme on dit. On a juste reparlé des batteries de volailles récemment. Ca a outré tout le monde… pendant 3 jours. Ensuite, retour aux oies.

      Assumer de faire souffrir une bête pour la consommer, ce n’est pas nécessairement à ramener à l’écologie entière. Je suis certain que beaucoup d’écolos aiment les steaks. 🙂
      Le tout, c’est peut être d’être conscient et responsable ?

  2. Heu… moi, rien a voir avec l’article lol
    La vidéo, heu…, la personne a vide toute une exploitation de raisin !!!! Heu … Fermenté le raisin…. Pauvre raisin, on l’a tué….

  3. Jeff dit :

    Hello !

    J’ai un peu lu en diagonale…
    De toute façon, la réponse de Dju, même si je l’ai lu aussi en diagonale ;), semble assez complète.

    Je rajouterai juste une chose :
    Pourquoi penses-tu que la plupart (la totalité ?) des gens qui choisissent de se suicider préfère se tirer une balle plutôt que de s’enfoncer un tuyau dans le gosier et de s’enfiler 15 Kg de maïs par jour pendant 1 mois ?
    Pourtant, à terme, le résultat est le même, non ?

    V’là, je vous laisse méditer 🙂

  4. […] me souviens de cet échange avec Dju dont j’ai retenu qu’en tant qu’espèce dominante et intelligente, nous avions […]

Laisser un commentaire