Category Archives: Réflexions

Peut-on rire de tout ? Finalement, on a la réponse.

Ouuuh, ça fait longtemps que je n’ai pas posté d’articles. Mais je sors du bois juste pour vous faire part d’un léger agacement.

Pour commencer, je vous laisse lire ces articles (ou mes… résumés) :

Un livre pour enfants de Michel Cymes accusé de sexisme

Ces jours-ci, on nous explique un peu partout que le gentil docteur de France Télévision (celui qui vous explique contrairement à Doctissimo que votre herpes n’aura pas raison de vous) est sexiste et raciste (probablement aussi un affreux négationniste qui se touche devant des foetus morts, mais c’est juste sous-entendu). Pourquoi ? Parce qu’il a écrit 12 lignes sur le zizi et seulement 4 sur la zézette. C’est bien la preuve que le sexisme est partout, même dans la bouche d’un médecin encensé. Partout ! Et encore, je ne vous parle pas de mon enfoiré de correcteur orthographique qui reconnaît « zizi », mais pas « zézette » (#complotMasculin).

Accessoirement, c’est aussi très raciste car un enfant noir a un braquemart non dissimulé ! Et pourtant, on ne vous parle pas de taille hein, juste d’érection.

En entrant dans la salle, jamais je n’aurais cru possible de pleurer devant une comédie française mais la dangerosité de ce film a réussi cela.

Le second article porte sur un film dont le « héros » est Kev Adams. Je sais, je sais, intuitivement déjà, vous sentez que ça va mal se passer. Et vous ne savez pas à quel point vous êtes dans le vrai car le film contient… des blagounettes sur le viol. Je cite la presse qui cite le film :

Je te parlais du viol cool. Pas du viol triste où ça chiale, ça crie, ça porte plainte.

La phrase sous-entend que le viol peut être cool et pour citer l’article du Huff :

L’humour noir, surtout pour ce type de sujet, est une arme à manier avec précaution et délicatesse.

Selon ses détracteurs, le film aurait dû retenir ses mots au nom d’une certaine pudeur et d’un certain respect. On ne se moque pas du viol nom de Dieu !.. Et on ne prononce pas le nom de son Seigneur en vain non plus, damned.

Et bien, je ne suis pas d’accord, moi.

Commençons par un « disclaimer » : je ne cautionne ni le viol, ni le racisme, ni le sexisme, et plus trop la pédophilie (je suis du Nord, ne m’en demandez pas trop tout de suite).

Je comprends très bien que les personnes concernées par l’un de ces sujets soient touchées. Mais faut-il pour autant censurer les blagues limites (toutefois légales) et monter au créneau pour un livre pour enfant qui me semble à moi (vil mâle cisgenre) bien innocent. Vous auriez pu ameuter les gens sur un sujet qui prête moins à débat comme l’excision, là j’aurai eu moins de doutes…

Cela dit et en ce qui me concerne, je veux pouvoir faire des blagues sales, vulgaires ou choquantes, et ce même sur Internet. Je veux pouvoir compter sur l’intelligence et le recul des gens. Il y a de toute façon toujours un sujet qui choque quelqu’un : il y a toujours une personne qui s’attristera quand on parlera de chatons car le sien sera mort coincé dix longues minutes dans le garde boue d’une Lada.
Et puis on n’échappe pas à la violence : les manuels d’histoire sont violents, la réalité aujourd’hui en Syrie est violente, les dessins de Charlie Hebdo sont violents. Et il y aura toujours des médecins dégueulasses qui donneront plus de description aux pénis qu’aux frifris (alors pour équilibrer venez tous vous instruire sur le vagin ici).

Vous ne pensez pas qu’un Coluche aurait du mal à vivre de son humour aujourd’hui ?
Spi. Défenseur du droit à l’humour noir.
…Tiens, je vais aller voir ce que fait Timsit en ce moment.

Quelques exemples ajoutés au fil de l’eau :

 

 

L’Internet, sa faune, ses mythes, ses légendes complotistes, y voir plus clair.

Sur le Net on trouve le meilleur et le pire, et c’est moche à dire mais c’est toujours avec le deuxième qu’on se marre le plus. Pourtant, il arrive que derrière ce « pire », derrière ce gros troll velu qui vous a fait rire, se cache en fait une thèse très sérieuse à laquelle certains adhèrent. Petit tour d’horizon des posts les plus mignonnement naïfs aux plus profondément abrutis :

Pour le meilleur (parfois) et pour le pire (souvent)

J’aime bien le répéter car on n’en prend pas assez conscience : le Net nous donne à tous la possibilité de nous exprimer au même titre que les plus grands et c’est là sa grande force : instiller un peu plus de démocratie dans l’information. Cependant, donner la parole à tout le monde c’est aussi se rendre vulnérable à des informations non vérifiées et non sourcées (tout le monde n’a pas forcément à cœur de publier des informations exactes). Ainsi, on se retrouve souvent à devoir faire preuve d’esprit critique, chose que l’on ne fait manifestement pas tous. Alors pour vous aider à mettre de l’ordre dans nos infos, je vous propose une petite balade dans le monde des internautes farfelus :

Level 1 : les teubés irrécupérables mais inoffensifs

Je vais prendre un exemple facile qui va parler à tout le monde dans mon vivier à saloperies : les skyblogs.

sa c’est mon équipe la MEILLEURE de tous :p:p et oui c le LOSC lol et on emmerde qui chez nous ?? le rclens et ces pds de lensois …Allez le losc ! ! ! Allez les dogues ! ! !

Ça c’était juste l’échauffement. Attention, on va maintenant passer la seconde :

Kan jai vu certaine meuf ki ose me critiqué alors ke elle elle ont pas de chanson elle on pa de clip elle on pa de single et elle ont pa de chanson jai péter de rire mdrrr

En tou cas mwa jai un public et des fan et meme si jen aurai pas sa voudrai rien dire vu ke ya plein de chanteur et des chanteus dont je tairai le nom ki son des brèles et ki on du public tel ke -christophe maé : y sait pas chanté et sa musik c de la grose dobe
-sheryfa avan jla kifai tro ms jpeu plu la blérer mtn kel se la pète elle a cru cété elle la princess mdrr
-christophe willem : alors lui mdrrr on c meme pa si c un mec ou une meuf tellemnt sa voi elle est grave aigu
-bénébar : c kwa c chanson y parle kom si il avait 107 ans c pour les intello c dla dobe
Enfin bref c pour dire ke c pas le nombre de public ki di si t bonne artiste ou non ce ki compte cest les fans seulemen

Allez, remettez-vous. Je sais, ça sent l’Idiocratie à plein nez. A ce niveau, on ne retiendra aucune information d’eux, il n’y a pas de grand risque à les lire. Comme les patelles, ils se contentent d’exister, collées à leur rocher (et c’est déjà limite supportable).

Level 2 : ceux que l’on voit arriver de loin

Réunion de témoins de Jéhovah.

Réunion de témoins de Jéhovah.

Pour eux, Internet est un excellent terreau de propagande. Et comme avec le phishing, il suffit d’appâter un blaireau sur mille (ce qui sur la population d’Internet vous fait déjà une belle pelleté de « victimes ») pour constituer une belle base de départ. Par exemple, c’est comme ça que tonton Raël recrute :

Le Mouvement Raëlien est une organisation internationale à but non lucratif. Il unit ceux qui souhaitent informer l’humanité de sa véritable origine et qui veulent parler des messages envoyés par les Elohim, des scientifiques extraterrestres très avancés qui ont créé toutes vies sur terre, y compris celle des êtres humains que nous sommes.

On peut dire que si vous rejoignez leur club de joyeux illuminés, vous méritez votre sort (et que votre compte en banque soit vidé)… Si vous préférez une théorie plus « terrestre », j’ai aussi :

Pour ma part, après de nombreuses recherches sur le sujet, je suis arrivé à 2 conclusions concernant les reptiliens. Premièrement, il existe une ou plusieurs espèces d’humanoïdes reptiliens extraterrestres dont au moins une est présente sur Terre. Deuxièmement, il existe une espèce typiquement terrienne de reptiliens cohabitant sans que la population mondiale ne le sache dans des villes et infrastructures souterraines.

Vous voyez, Internet peut sortir les syriens du mutisme mais il donne aussi la parole aux petits rigolos qui veulent profiter de notre naïveté. Avec ces exemples, il est encore facile de séparer le bon grain de l’ivraie mais lorsque les histoires sont argumentées (un peu) et assez solides, elles remportent une adhésion presque légitime, niveau 3 !

Level 3 : les théories du complot crédibles

I want to believeJusque là, si vous avez un tant soit peu de bon sens, vous avez évité les pièges des élohims reptiliens suceurs de bile. Félicitations ! Il est temps maintenant de nous confronter aux diverses théories du complot. Celles-ci ont de difficile à contrer qu’elles sont chaque fois entourées d’un contexte solide construit tout autour. Chaque idée vient avec son lot d’arguments plus ou moins vérifiable et est plus difficile à debunker. Plus dur encore, parmi ces idées certaines sont peut être fondées sur des faits réels, voire même vraies (le nuage de Tchernobyl…) ! Mais pour la plupart il s’agit de gros canulars que tout le monde a envie de nourrir (par foi, raison financière, regret des tournantes religieuses…).

J’ai un bon exemple de croyance qui peut vous déstabiliser : prenons donc les anti-vaccins sont du pain béni pour nos amis les anti-systèmes conspirationnistes :

La croyance que les vaccins sont créés pour générer des profits et non pour soigner les personnes entraîne chez les participants de l’étude une diminution de l’intention de vacciner leurs enfants. De même, la simple exposition à une théorie anti-vaccin affecte directement les intentions de vaccination. « Par conséquent, dans l’ensemble, les théories du complot anti-vaccins semblent introduire le doute sur la sécurité des vaccins, et accroître le sentiment d’impuissance et de désillusion, tout en diminuant la confiance dans les autorités, qui à leur tour induisent une réticence à vacciner ».

On comprend que des gens se laissent berner n’est-ce pas ? On vous cite des études, on vous trouve même des médecins qui sont contre la vaccination. Pourtant, bien que les vaccins aient fait leurs preuves, beaucoup d’entre-nous brandissent l’effrayant argument de l’autisme (tout le monde connaîtrait un enfant devenu autiste à cause d’un vaccin dans sa famille). Pourtant aujourd’hui, rien ne prouve que les vaccins provoquent cette maladie, en revanche tout prouve qu’ils sont efficace contre (exemple) la rougeole, une maladie dont on a oublié qu’elle peut provoquer surinfections, troubles neurologiques, cécité et stérilité. Mais rassurez-vous, à la place, on vous suggérera sans doute l’homéopathie dont l’efficacité n’a jamais été démontrée. Résultat, on n’est pas à l’abris de choix funestes pour les enfants (mais ça on en parlera moins).

Ce paragraphe va déjà faire débat, mais ce n’est pas le sujet. Le sujet c’est de savoir comment on peut tendre vers la vérité. Réponse : c’est dur, mais on va faire appel à notre bon sens.

Faire la part des choses

Difficile de faire la part des choses tant tout le monde insiste à nous convaincre et tant l’on manque du recul nécessaire. Dans le cas des vaccins, comme sur beaucoup de sujets on trouve tout est son contraire. Alors pour aider son esprit de déduction, outre multiplier les sources d’information, il existe un principe simple de bon sens que l’on appelle le rasoir d’Okham. Celui-ci propose que « les hypothèses suffisantes les plus simples sont les plus vraisemblables », ou pour simplifier : « Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? » Wikipedia vous explique ça mieux que moi :

Le principe du rasoir d’Ockham consiste à ne pas utiliser de nouvelles hypothèses tant que celles déjà énoncées suffisent, à utiliser autant que possible les hypothèses déjà faites, avant d’en introduire de nouvelles, ou, autrement dit, à ne pas apporter aux problèmes une réponse spécifique, ad hoc, avant d’être (pratiquement) certain que c’est indispensable, sans quoi on risque d’escamoter le problème, et de passer à côté d’un théorème ou d’une loi physique.

Ce principe ne se cantonne pas à la science et peut s’appliquer à la vie de tous les jours et notamment à nos chers complots quotidiens. Demandons-nous alors ce qui est le plus probable :

  • Des extra-terrestres nous auraient-ils déposés sur Terre sans jamais nous recontacter (sans même nous inviter au restaurant) ?
  • Des hommes-lézards vivraient-ils sous terre sans jamais avoir été découverts (sans devenir aveugles comme tous les bestioles souterraines) ?
  • Les vaccins n’auraient-ils pas quasi-éradiqué quelques maladies (plus que le sirop d’érable) ?
  • Était-il nécessaire de tuer 3 000 américains pour partir en guerre dans un pays producteur de pétrole (alors qu’ils ne sont déjà pas partis dans le bon) ?
  • Est-ce que les américains auraient réussi à mentir au monde en prétendant envoyer des hommes dans l’espace (alors que l’on peut voir l’ISS depuis la Terre) ?
  • Un extra-terrestre se serait-il écrasé à Roswell (ou juste un ballon sonde pas très fun) ?
  • La queue des reptiliens se détache-t-elle quand on tire dessus ?
  • Des nazis chevauchant des dinosaures vivraient-ils dans un monde sous-terrain ? Ca oui, c’est certain, j’en ai la preuve :

Bref, les complots c’est bien beau, mais parfois la vérité s’avère juste tristement simple et ennuyante. Croiser les preuves, prendre du recul, c’est aussi bon pour nous que de manger 5 fruits et légumes par jour (mais d’ailleurs, est-ce bien vrai ?).

Sources :

Lire aussi : Est-ce que vous ne manqueriez pas un peu de sens critique ?

A toi qui veux voter FN dimanche prochain, mais tu vas arrêter tes conneries, oui ?

Ce lundi midi, le petit lutin du civisme m’a suggéré de te faire une petite note. Un petit mémo à destination de ces 40% de nordistes qui ont voté pour le FN en dépit de ce qu’on sait de ce parti, de ce qu’il représente, de ce que l’Histoire t’a appris sur les gens qui se nourrissent de haine.

Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre.

Winston Churchill

A toi qui a voté pour le Front National aux dernières élections régionales. A toi qui ne t’es pas contenté de nous faire une bonne blague au premier tour qui et va remettre ça au second. Rappelle-toi ceci, le FN c’est :

  • Un charlatan au discours incohérent, démagogique et inapplicable.
  • Un parti fascisant qui dissimule aujourd’hui sa haine de l’autre.
  • Un parti qui stimule et joue de ta propre haine, qui compte sur le fait que tu laisseras ton instinct prendre le dessus sur ton intellect.
  • Un parti qui n’hésitera pas à écraser ses adversaires, quels qu’ils soient.
  • Pas eux qui régleront ton problème de terroriste, surtout que tu habites en province… Ceux qui vivent avec des musulmans n’en ont pas peur, bizarrement.
  • Un parti qui a tout intérêt à te maintenir sous pression, dans la peur car c’est son fond de commerce.
  • Une sortie de l’Europe qui ruinerait la France, car l’Europe c’est :
    • La libre circulation des Hommes, des biens et des services, pas de contrôles aux frontières du pays, uniquement à celles de l’Union.
    • Une monnaie unique et donc pas de frais de change, pas de taxes à l’exportation, pas de dévaluations agressives des monnaies.
    • Une mise à niveau des pays les plus pauvres de l’UE dont le niveau de vie augmente ce qui évite une concurrence à la chinoise chez nos voisins.
    • La libre concurrence.
    • Une entité de poids face aux autres grands pays de ce monde.
    • Un garant de la paix entre les états membres.
    • Etc.
  • Te laisser croire que l’immigration est source de tous tes maux. Alors que franchement, ça se discute.
  • Pas le parti des plus malins, celui de la voix facile
  • Pas le parti de la dernière chance

Vous qui, honnêtement, par désespoir, colère ou défi, vous apprêtez à voter Front National, pensez à ces arguments avant de le faire. Votez n’importe quoi d’autre s’il vous plaît. Blanc même. Mais épargnez au pays la honte d’avoir tourné le dos à toutes les valeurs qui font sa grandeur.

Jacques Attali

A dimanche.

La justice et Internet, c’est comme mémé devant son mulot.

Internet a beaucoup changé notre façon de communiquer en nous donnant la parole. Nos millions de petites voix peuvent maintenant s’élever pour faire part de nos pertinents avis sur la Vie, la philosophie antique, les œuvres de Marcel Proust ou la pose d’un pot large sur une BX TZD. Cette facilité de s’exprimer et de créer fait aussi que depuis 15 ans, le Net vous a régulièrement gâté en nouveautés avec des moteurs de recherches performants, des réseaux sociaux addictifs, des applications communautaires ou encore d’étonnants sites pornos animaliers. Bref, tout bouge et très vite mais nous nous adaptons plutôt bien à ce chamboulement perpétuel.

Ce n’est cependant pas le cas de certaines entreprises qui ont du mal à comprendre le Net et sa population, et c’est encore moins le cas du législatif et du judiciaire français qui peinent à suivre. Je vous propose d’illustrer un peu ce décalage entre les mondes « réel » et « virtuel. Moment anecdotes :

Serge, le « héros que l’on mérite mais pas celui dont on a besoin aujourd’hui ».

Pour commencer, laissez moi vous parler de Serge Humpich. Serge est un ingénieur qui développait des logiciels pour les traders. Ce qui le distingue c’est son hobby : le monsieur n’entretenait pas sa roseraie ou ne passait pas ses soirées sur Call of Duty, non. Il préférait occuper son temps libre à tester la sécurité des appareils et lorsqu’il s’est attaqué au système des cartes bancaires, il a découvert une faille qui permet de créer des cartes acceptées par les terminaux sans qu’elles soient liées à un compte. Bonnard*, mais en bon citoyen, Serge a fait part de sa découverte au groupement des cartes bancaires. Que s’est-il passé selon-vous ?

  1. Le groupe a envoyé un bouquet de fleurs à Serge et a rapidement revu la sécurité de ses cartes.
  2. Des gentils lutins bleus en képis sont venus lui rendre visite et après avoir fouillé son domicile, ils l’ont emmené au merveilleux pays de Gardavue.

Si vous avez répondu par la « 1 », vous êtes bien naïfs. Serge a été condamné à 10 mois de prison avec sursis avant de se barrer aux Etats-Unis, sans doute un peu dégoûté. Mais que voulez-vous, il a été un peu bête de croire que son aide serait appréciée : une entreprise est pragmatique et il est moins cher de museler le plus longtemps possible plutôt que de revoir un système mondial fragilisé.

On ne peut cependant pas accabler notre homme qui est peut-être plus habitué à fréquenter la communauté Internet qui elle, est plutôt reconnaissante lorsqu’on pointe du doigt une faille : certains éditeurs vont tout de même jusqu’à récompenser les pirates qui leurs signalent leurs fragilitésQuand je vous dis que l’état d’esprit n’est pas le même…  

Oui, les lois sont incohérentes, et alors ?

Si ceci vous a montré que la chose juste à faire et la justice sont deux choses différentes, je vais maintenant vous rappeler que cette dernière n’est en plus pas toujours cohérente.

Souvenez-vous d’Hadopi, cet ami qui vous écrit parfois parce que vous avez téléchargé sa vidéo sous droit d’auteur sans la payer (vilain cancrelat). Et bien, dans son arsenal de lois, la Haute Autorité dispose d’une carte : « défaut de sécurisation de son accès Internet » qui vous impute tout piratage de votre ligne. Pour rire un peu, voici un extrait d’une interview de Éric Walter sur le site de l’Hadopi :

Question : avec HADOPI, si j’utilise la connexion à internet de mon voisin pour pirater, ce n’est pas moi le coupable, mais lui pour « défaut de sécurisation », et il doit prouver qu’il n’est pas à l’origine du piratage. N’y a-t-il pas là un renversement de la charge de preuve ?

EW : Bien sûr que non, dans la procédure de réponse graduée votre voisin n’est pas considéré comme coupable de quoi que ce soit. Le 1er mail l’alerte sur des faits et lui rappelle sa responsabilité de protéger et sécuriser son accès internet.

Que l’on peut traduire par « Meuh non, on lui dit d’abord qu’on ne va pas tarder à lui tomber dessus ». Sympa, mais en pratique comment quelqu’un qui ne sait pas protéger sa connexion saurait détecter un piratage ou sécuriser sa ligne ? C’est donc bel est bien vous qui êtes responsable de la sécurité de votre réseau domestique. Et oui, si vous ne pouvez pas prouver le piratage, vous l’avez dans l’os (cela dit, c’est probablement vraiment tonton Michel qui téléchargeait My Little Pony et il ne l’aurait jamais avoué de toute façon…).

A côté de ça, si vous téléchargez un document sensible en libre accès sur Internet via Google, ce n’est pas la faute de l’organisation qui a mis le document en ligne (ici, pas de « défaut de sécurisation »). C’est ce qu’a découvert un des co-rédacteurs de reflets.info alors qu’il cherchait à documenter l’un de ses articles.

Le pauvre internaute dangereux pirate est tombé sur un fichier en libre accès de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation et s’en est donc servi car « on pourrait croire que si c’est sur Internet, c’est public. » Mais non : il s’agissait d’un document confidentiel et l’ANSES porte non-seulement plainte contre l’affreux corsaire, mais en plus remporte son procès. Notre ami est donc contraint de payer 3 000 € pour avoir lu un fichier indexé par Google.

Je résume donc :

  • si vous êtes une quiche en sécurisation informatique et qu’on télécharge des films illégalement via votre ligne (pas des snuff movies amateurs, ça on s’en fout), vous devrez en rendre compte devant la justice.
  • si vous êtes une administration qui laisse l’accès libre à ses fichiers confidentiels comme une cruche, c’est le pauv’téléchargeur lambda qui en répondra.

Ô cohérence, suspend ton vol !

Tremblez, ça peut vous arriver !

Routine activity theoryEt enfin, dernier exemple qui m’a inspiré cet article : la semaine dernière, j’ai reçu un e-mail provenant d’un grand journal local de mon ex-région. Il faisait suite à un article dans lequel j’expliquais comment contourner leur système d’abonnement : c’est ce qu’ils appellent une « incitation à la fraude ». Je ne prendrais pas le risque de les nommer, mais voici comment leur mécanique fonctionne : vous n’avez le droit de lire que 5 articles par mois sur leur site avant d’être invité à vous abonner. Comment savent-ils que vous en avez lu 5 ? Grâce à vos cookies, ces petits fichiers stockés sur votre navigateur.

Dans l’article j’expliquais comment se débarrasser de ces cookies, ce qui n’est pas illégal sauf si vous dites que c’est pour bypasser le système d’abonnement (c’est ce que j’ai cru comprendre). Vous serez d’accord, ça revient à pointer du doigt un portique RATP défectueux et de dire « regardez c’est ouvert », mais chut, ce n’est pas bien, il ne faut pas le dire, c’est une grave incitation à la fraude.

Voici la réponse envoyée au service juridique du journal :

Bonjour M. X.

Je vous invite à constater que l’article a bien été supprimé.

J’ai supprimé l’article par peur des poursuites judiciaires, vous vous en doutez. Cependant, je vous invite à communiquer ceci aux responsables de l’édition en ligne :

Les moyens de contournements que je proposais ne sont pas une incitation à la fraude mais la mise en évidence d’une faille technique béante dans le système d’abonnement de [votre journal].
L’utilisation de cookies pour marquer les articles lus est une hérésie technique et montre une méconnaissance du fonctionnement du Web. Les cookies sont des fichiers stockés sur le navigateur de l’utilisateur et il peut bien entendu les supprimer quand il le souhaite. Il peut ainsi réinitialiser à loisir son abonnement sans opérer aucune action malveillante.

Cet article mettait simplement en évidence cette faiblesse. Des milliers d’Internautes connaissent cette astuce sans avoir besoin de mon aide.
Je vous conseille vivement de revoir votre système d’abonnement.

Cordialement, Spi (éditeur de northgate.fr).

Ca vous rappellera peut-être mon premier exemple, le côté bon samaritain en moins. Cela dit, je comprends le journal qui doit déjà l’avoir mauvaise d’avoir fait un mauvais choix technique et qui doit payer quelqu’un pour menacer les gens afin qu’ils se taisent.

Voilà, tous ces recours en justice sont presque amusants. Si Serge ou le serveur NorthGate avaient été en Russie, on aurait pu facilement ignorer les menaces de procès et la vraie solution aurait sauté aux yeux de tout le monde : il suffisait que les entreprises pensent mieux leur sécurité. Et pour finir, l’affaire de Serge me pousse à me demander si un jour un scandale mettant en cause les cartes bancaires sans contact éclatera, car je vous rappelle qu’elle ne sont pas du tout sécurisées… J’espère que je ne me suis pas mis dans le pétrin en disant ça… 😉

Sources et trucs à lire :

« * » : masculin de « bonnasse ».

Le vendredi, c’est short movie : e-penser

Et voilà les amis, vous êtes misérablement tombé dans mon piège, e-penser n’est pas un court métrage mais une chaîne YouTube. Je sais, je suis diabolique. Mais maintenant que vous êtes là, autant rester un peu.

Je vous propose de découvrir aujourd’hui une série de vidéos de vulgarisation scientifique et d’histoires passionnantes comme vous avez pu en visionner sur le site d’Axolot (d’ailleurs, le Patrick d’Axolot participe à la seconde vidéo). C’est drôle, c’est instructif, bande annonce !

Et voici la vidéo du 1er avril 2015 qui m’a donné envie de vous en faire profiter :