Tag Archives: Hobbit

Et voilà, le Hobbit c’est fini

Le Seigneur des anneaux avait un goût de « pas assez ». 1300 pages divisés en trois films de 2h30, c’était condenser tout un univers au point qu’on avait l’impression qu’il manquait des choses. Et ce n’est pas Tom Bombadil, personnage oublié du grand écran, qui me contredira.

A l’inverse, en s’attaquant au portage de « Bilbon Le Hobbit », Peter Jackson avait comme support un livre pour enfant de 300 pages. On pouvait alors légitimement se demander comment il allait tirer suffisamment de moelle pour nourrir ses spectateurs avides sans tomber dans le commercial. Et bien réponse : il n’a pas pu. Le réalisateur a dû broder pour mettre en scène une aventure de 8h et malheureusement, ça se voit sur le dernier opus : La bataille des cinq armées. Ici, on se débarrasse vite du suspense instauré pendant tout le second épisode et on passe à la baston. Magnifique, épique et copieuse, la baston ! Mais l’histoire en devient presque un second rôle : c’est autant scénarisé qu’un match de catch…

Ne croyez pas que j’ai été déçu car je suis fan de la saga et voir mes amis nains s’embrocher gaiement (non, pas ceux de la Fistinière) est toujours un plaisir. Cela dit, le Seigneur des anneaux reste le chef d’oeuvre de Tolkien et la meilleure adaptation de Petounet. Et puis mon avis comptera bien peu, car si vous êtes allé voir les deux premiers, vous êtes obligés de voir le dernier. 😉

On peut maintenant se demander si Peter Jackson s’inspirera des autres œuvres de Tolkien. Pas certain que le Silmarillion passionne les foules mais j’aimerais assez un petit film sur Tom Bombadil, mais bon. En tout cas, le bon côté des choses, c’est que vous pourrez maintenant vous faire des weekends Terre du Milieu avec 18h de vidéo !

A lire aussi :

Le HFR, une première avec Le Hobbit : ça donne quoi ?

Salut les enfants. Comme convenu avec moi-même, dés que j’ai le temps et l’envie, je vous fais un petit retour sur un film que j’ai vu.

Pour le Hobbit, je ne vais pas m’attarder sur le film mais je peux au moins vous dire qu’il est fort sympathique et qu’il reste bien dans l’esprit du Seigneur des Anneaux. Il traîne un peu en longueur, mais il fallait s’y attendre : pour adapter un livre de 320 pages en 3 films de prés de 3h, il faut combler un peu. En résumé, pas aussi immersif que la première saga, mais ça se laisse regarder.

Cela étant dit, si le film en lui-même ne prête pas à beaucoup de commentaires, je voulais en revanche vous donner mon avis sur le HFR dont j’avais déjà un peu parlé sur le premier article du Hobbit. Petit rappel : Le HFR pour High Frame Rate (« débit d’image élevé ») permet de visualiser deux fois plus d’images en une secondes. Dans les années 20 et jusqu’au début 2000, les films étaient cantonnés à 24 images par secondes maximum. Il était donc temps de bousculer radicalement les standards grâce au numérique.

Pour l’anecdote, le taux de 24 ips (images par secondes) a été atteint non pas pour améliorer la qualité optique mais sonore : une bande à 12 ips ne défilait pas suffisamment vite pour y stocker un son intelligible, il a donc été décidé d’augmenter le nombre d’images diffusées en une seconde. Autre chose assez fun à savoir, c’est que les bandes 35 mm ont traîné leurs limitations pendant un siècle. Ainsi, avec l’avènement du son numérique sur film analogique, il a fallu caser les pistes 5.1 sur la bande : l’enfer. Heureusement, les éditeurs sont astucieux et ils ont utilisé absolument tout l’espace disponible pour y stocker le son. Pas question en plus d’augmenter une nouvelle fois le nombre d’IPS. Regardez comment ils se sont débrouillés :

Gros plan sur les pistes audio d'un film 35 mm

Gros plan sur les pistes audio d’un film 35 mm

Oui oui, ce sont bien les trous d’entraînement de la bande. De gauche à droite, vous voyez les pistes Sony SDDS, Dolby Digital (que vous connaissez), analogique stéréo et le code temps DTS (dont la piste son est stockée sur un CD à part). C’est ce qui s’appelle exploiter à fond un support. Le problème ensuite, c’est : comment améliorer encore l’expérience utilisateur ? Réponse : en passant au numérique.

Comme tout changement, le fait de ne plus voir des coins flous, de poils pubiens qui passent ou une pellicule qui crame pendant le film a manqué à certains. Mais le gain du numérique est indéniable : certains projecteurs sont capables de diffuser un film jusq’à 240 ips en 4 096 x 2 160 pixels soit dans une qualité bien supérieure au 35mm. Le numérique est en train d’apporter une image plus nette, d’une meilleure résolution, en 3D et pour ce qui nous intéresse aujourd’hui : plus fluide.

Avant le passage au 4k, Peter Jackson a décidé de sauter le pas en passant son film à 48 ips au lieu des 24 habituelles. Et bien franchement, c’est parfait. Après la netteté, s’ajoute la fluidité : les scènes rapides sont précises, il n’y a plus de saccades et la 3D semble moins fatigante. Sur le net, je n’ai trouvé aucune critique sur cette technologie qui soit digne d’être relevée. Certains disent que c’est même trop parfait et qu’on voit les défauts de peau ou de maquillage, d’autres que ça donne un effet « série télé », mais en fait c’est juste une habitude à prendre. Habitude que vous avez déjà prise d’ailleurs puisque vos téléviseurs en 100 Hz proposent une fonctionnalité similaire.

Le principe du 100 ou 200 Hz sur une TV est de recréer par interpolation des images supplémentaires de façon à fluidifier les mouvements rapides. La différence avec le HFR vient donc du fait que d’un côté vous avez 200 ips dont 176 sont « imaginées » par la TV et de l’autre, vous avez 48 vraies images. La seconde solution reste sans doute préférable car recréer des images provoque parfois des artéfacts (des défauts) dûs à des erreurs d’interpolation.

Voilà, j’espère vous avoir donné une bonne idée de ce qu’est le HFR. Vous aurez remarqué que la techno m’enthousiasme pas mal. 😉 Petit bémol : aujourd’hui j’aimerais trouver des films en HFR sans 3D.

Kinepolis laisse le choix (Cineville aussi) :

Aujourd’hui, le Hobbit en HFR 3D au Cinevile d’Henin Beaumont !

Comme moi, vous vous demandez ce qu’est le HFR ? Et bien c’est simplement l’étape suivante après la 3D et le 4K : l’augmentation de la fréquence d’affichage des images (High Frame Rate 3D). Aujourd’hui, avec le numérique on peut monter très haut. Le Hobbit, un voyage innatendu sera donc proposé en 48 images par secondes au lieu des 24 habituelles.

Ca devrait laisser une sensation proche du 100 Hz de nos téléviseurs, mais avec de vraies images supplémentaires, pas des interpolations. Attention, c’est comme passer de la photo argentique au numérique ou du vinyl au CD. Il va donc forcément y avoir des vieux rabats-joie conservateurs (dont peut être moi 😉 ). Mais au final, vous aurez sans doute du mal à revenir au 24 Hz. Ca devrait notamment apporter une plus grande netteté et fluidité dans les mouvements rapides. Adieu le flou insupportable des scènes d’action. 🙂

Si vous n’habitez pas à côté d’Hénin, vous trouverez ici la liste des cinémas français qui proposent le film en 48 Hz.

Pour simuler le 48 Hz, regardez cette vidéo en « rapidité X2 ». Pour cela :

  • utilisez un navigateur récent supportant le HTML 5 (Firefox, Chrome…),
  • rendez-vous sur cette page et cliquez sur « Participer à l’essai HTML5 ».
  • Pour plus de facilité, ouvrez la vidéo directement chez You Tube plutôt qu’ici (sinon rafraîchissez cette page).
  • Enfin, sur la vidéo, cliquez sur l’engrenage, sélectionnez Qualité 720 HD et Rapidité 2.0X.

Et notez bien, la rapidité X2 n’est pas dispo sur les lecteurs standards en Flash (c’te daube), vous devez obligatoirement faire la manip ci-dessus.

Bonne simulation (ça ne sera pas parfait dans le son, et peut être pourri si vous avez un vieux clou comme PC) :

PS : Et oui, vous devrez encore changer de télé et de lecteur BluRay. 🙂

The Hobbit : les consignes de bord (VO)

Je comprends que le titre de cet article puisse vous laisser perplexe. Ca ne va pas s’arranger quand je vais vous dire qu’il s’agit d’une vidéo réalisée par Air New Zealand qui indique les consignes de sécurité à bord de leurs Boeing 777. A ce stade, vous devriez vous dire : « WTF !? Pourquoi il nous bassine avec ça ? ».

Vous allez comprendre. La Nouvelle Zélande est la patrie des Hobbits (ou au moins, c’est là que les décors de la Comté ont été créés) et la compagnie aérienne en joue magnifiquement avec une petite vidéo qui fait la promotion du film Le Hobbit qui sortira le 12 décembre 2012. Voilà de quoi avoir enfin envie de suivre avec attention les consignes de sécurité. J’adhère. 🙂

Aurez-vous noté la courte apparition de Peter Jackson ?

Edition du 23/10/2014 : Ajout de la version encore plus épique de 2014. Qui a envie d’aller en Nouvelle Zélande maintenant ? Ca pourrait presque me faire oublier que je vol dans une boite de conserve construite sur appel d’offre pendant 8h. Ah non, je pense que je finirai quand même en position fœtale.
Notez que le prochain épisode du Hobbit (la Bataille des Cinq Armées) sortira le 10 décembre 2014.

Allez, en guest stars : (Sir) Peter Jackson (le réalisateur) et Elijah Wood (Frodon) :

Bande annonce : Le Hobbit : Un voyage inattendu (2ème, VF)

Affiche VO du film.

Deuxième bande annonce française de The Hobbit : An unexpected Journey.

Le voyage de Bilbo Baggins mentionné dans le Seigneur des anneaux verra le jour sous la forme de trois films dont le premier sortira le 12 décembre 2012.

« Bilbo le hobbit » suit les aventures du personnage principal Bilbo Sacquet, entraîné dans une quête héroïque pour reprendre le Royaume perdu des nains d’Erebor, conquis longtemps auparavant par le dragon Smaug. Abordé à l’improviste par le magicien Gandalf le Gris, Bilbo se retrouve à intégrer une compagnie de 13 nains menée par Thorin Ecu-de-Chêne, guerrier légendaire. Ce voyage les emmènera au Pays sauvage, à travers des territoires dangereux grouillant de gobelins et d’orques, de wargs assassins et d’énormes araignées, de changeurs de peau et de sorciers.

Bande annonce n°1 :

Bande annonce n°2 (publiée le 19 septembre) :

Site officiel (bandes annonces VO avec fin alternatives) : Warner Bros.