Mon rapport d’étonnement sur les « Communicants »

Hier, je rentre de vacances tout frais (quoi qu’il soit un peu dur de se remettre à se lever à 8h) et j’entame une réunion avec de charmantes personnes qui m’expliquent d’emblée que nous allons devoir mettre à jour un site à la demande du DG du groupe. Ca pourrait être intéressant si les gens en face de moi n’avaient pas été les pires créatures que Satan n’ait jamais chié dans un seau. Je veux bien sur parler des communicants. Si vous croyez que j’en rajoute, vous auriez dû entendre la façon dont le chef de horde a réussi à dire : « Si ça merde, on a le droit de faire pression sur vous en passant par votre directeur informatique », c’était tellement bien tourné qu’à la fin, j’ai failli dire « merci ».

Ces personnes qui travaillent pour le service Communication du groupe sont des créatifs, des artistes dont on peut dire que leur travail est autant merveilleux qu’inquantifiable. Chez nous, ils sont souvent en charge de gros projets qui dilapident de l’argent qui nous aurait bien été utile, à nous pour des projets concrets. Pour l’anecdote, j’ai attendu plus de 6 mois la validation d’un logiciel à 350€ alors qu’eux carburent au Adobe Premiere & co. Autant dire que le Photoshop que j’ai commandé est encore en train de faire marrer les gars de la compta. Mais ne chaffouinons pas, il errent dans des sphères hors de ma portée et sont doté d’un avantage indéniable : leur langue soyeuse leur ouvre la plupart des portes.

Pour en revenir à ma réunion, nous avions convenu que je réceptionnerai des livrables dans l’après midi du jour même et que je m’y mettrai tranquillement pour le lendemain 14h. Devinez, devinez ! J’ai reçu mon petit tas de livrables fumant le lendemain à 10h30 ! Ô joie, ô surprise bienvenue ! Tiens, mon mail d’alerte a été prudemment ignoré. Qu’ils sont choupis.
Le délai étant diminué comme un lépreux bassiste, je rassemble toute ma bonne volonté pour atteindre mon but. Pourtant, faute de recevoir des éléments valides, la mise en ligne est impossible avant 18h. Pas de bol, j’ai une soirée de prévue, cassos. Après tout j’ai fais ce que j’ai pu.

C’est là que plein de fantaisie, le communicant vient m’expliquer avec tout l’applomb du monde que c’est ma faute si le DG sera mécontent. J’ai donc dû terminer mon petit ouvrage le soir même. En soi, ça ne me dérange pas plus que ça sur le principe, du moment que c’est prévu, payé ou que c’est de ma faute. Mais là, j’ai encore été leurré. Vous aussi, vous connaissez peut-être la technique : il s’agit de consommer 90% du temps imparti au budget à force de « créations », puis de ne laisser que quelques heures aux ouvriers de l’informatique pour claquer ça en ligne. « D’façon, c’est facile à faire, c’est juste du texte et des photos, ma grand’tante sait faire ça… Et pourtant on l’a enterrée la semaine dernière (avec un iPad). ». Cette technique permet d’incriminer l’innoccent et frêle dernier maillon de la chaîne qui pourtant se sera démené pour tenir le délai. Et ouais, vous pensiez pas qu’ils allaient assumer non plus, hein ? L’injustice et l’illusion ont pris corps !

Messieurs dames les communicants, sachez que j’éprouve pour vous une certaine haine nourrie par la vanité de votre existence, votre suffisance, votre fausseté et j’en oublie.

Aaaah, ça fait du bien.

Spi

Tombé de l'arbre de l'évolution, tente vainement de rattraper son retard. Se rassure en surfant sur les skyblogs.

Les derniers articles par Spi (tout voir)

Commentaires FaceBook

commentaires

5 Responses to Mon rapport d’étonnement sur les « Communicants »

  1. Rak dit :

    [quote]leur langue soyeuse leur ouvre la plupart des portes.[/quote]
    Seigneur, que j’ai l’esprit mal tourné.
    T’as eu une influence épouvantable en deux ans toi !

    [quote]J’ai reçu mon petit tas de livrables fumant le lendemain à 10h30 ! [/quote]
    Chiés à vitesse grand V, gare aux hémorroïdes !

    [quote]C’est là que plein de fantaisie, le communicant vient m’expliquer avec tout l’applomb du monde[/quote]
    Et la gueule enfarinée, la langue encore pleine de…

    Sache néanmoins que si j’ai ri à la lecture de cet article, je n’en compatis pas moins.
    Le concept dans « la com' » est simple, l’informaticien est toujours le con des autres et comme tu l’as si bien dit « de toute façon c’est facile à faire ». Forcément, venant de gens dotés d’une estime d’eux même proportionnelle au prix des licences qu’ils utilisent.

    Et puis de toute façon, si ça foire, c’est forcément pas leur faute. Ils se sont même tellement donnés à fond pour faire ce truc si hype qu’on en pleure, tiens.

    Ahhhh. La com’.
    Finalement je pense que la combo ultime c’est la com’ à la sncf

  2. Spi dit :

    > T’as eu une influence épouvantable en deux ans toi !
    Je n’ai fait qu’étoffer ton potentiel. ^^

    > Chiés à vitesse grand V, gare aux hémorroïdes !
    Avec des petits morceaux de cacahuètes dedans.

    > Finalement je pense que la combo ultime c’est la com’ à la sncf
    C’est une chimère dont tout informaticien a peur… *frisson*

    Si cet article plaît, ça valait peut-être au moins le coup de vivre cette expérience !… En fait, non.

  3. Cédric dit :

    Tout d’abord, bonne année !

    Et ce que tu me racontes me fait penser à ça : http://www.commitstrip.com/wp-content/uploads/2014/01/Strip-Codeurs-au-charbon-780-final.jpg

    Puisque c’est un peu la vision de notre métier selon les charmantes personnes dont tu parles.

  4. Spi dit :

    La blague du jour :
    « Moi : Envoyez moi la newsletter avant 18h30 parcequ’après je ne suis plus dispo.
    La com’ : Et tu est dispo quand après ?
    Moi : Ben le lendemain matin.
    La com’ : Ah ben ça c’est couillon alors ! »
    En effet, c’est couillon. Mais cette fois vous ne m’aurez pas ! Je ne sacrifierai plus une soirée ciné pour un DG !

Laisser un commentaire