Tag Archives: casque

J’ai testé l’Oculus Rift de Nivéa

Oui, je sais, le titre est bizarre. Mais vous n’allez pas me dire que vous n’êtes pas habitués à des titres farfelus sur ce blog ? Ah, vous voyez ! Bon, ce titre est peut-être bizarre mais approprié car cette semaine à la Défense, une grande marque de cosmétique faisait la publicité de l’enzyme Q10 qui rajeunit la peau et vous rend plus désirable. Bien sûr, vous vous demandez ce que moi, je peux bien aller faire dans un stand beauté, alors qu’une léchouille sur mon pelage et je n’ai plus rien à envier à Vincent Mc Doom. Évident ! Je suis venu tester l’Occulus Rift utilisé dans une de leurs attractions. Mais pour avoir ce plaisir, j’ai dû esquiver les attaques frontales de l’hôtesse lorsque je suis rentré :

– Monsieur, tendez votre main SVP, vous allez tester les billes Q10 au concentr…
– Non ! Je suis juste là pour essayer l’Occulus Rift.
– Sinon, vous savez qu’il y a un bar à beauté à côté et…
– Ca ne m’intéresse pas !
– Mais vous êtes aussi sans doute concern…
– Ca y’est on peut aller essayer l’Occulus ?
– Ces petites billes sont…
– Ta mère est une p…
– Vous pouvez entrer.

Ga !

L’Enzyme Q10 me fait le teint plus frais.

Après 40 minutes d’attente dues à des problèmes techniques (la SNCF m’a forgé à une certaine patience), j’enfile un baudrier, je chausse les lunettes et le casque audio (qui doivent receler deux ou trois familles de staphylocoques) et c’est partie pour 2 minutes de réalité virtuelle !

Le film est réussi, mais court. C’est comme à Space Mountain : 40 minutes d’attente pour 120 secondes de plaisir. Dans l’animation, pas de fioritures : la 3D est simpliste mais l’immersion est très bonne. On se prend au jeu, on perd l’équilibre, on croit ressentir les chocs. J’aurais préféré une session de montagnes russes, mais il fallait un truc en rapport avec ces satanées billes Q10 ultra concentrées et aussi j’imagine, une animation qui ne mette pas les PCs à genoux.

Les plus :

  • Réactivité immédiate. C’est impressionnant, il n’y a pas de latence quand on tourne la tête et Dieu sait que c’est important pour y croire (et ne pas vomir).
  • Confortable. Le casque est assez léger pour ne pas devenir une plaie.
  • Immersif, je me suis surpris à presque perdre l’équilibre et à ressentir les atterrissages sur le toboggan.

Les moins :

  • La résolution de 960 x 1080 par oeil fait tâche sur une surface virtuelle aussi grande. Je pouvais distinguer les pixels rouges (du RVB). Vraiment, il faut de la 4k pour ce truc (et donc un PC de fou).
  • Une vision à seulement 100°, comme un casque de ski.
Occulus Rift

« Formidable, on dirait que ce pigeon m’a vraiment chié dessus ! » Brian T.

Si vous voulez essayer, ils sont jusque samedi sur l’esplanade de la Défense.

Notes :

Philips Fidelio X1 ou « Oh mon Dieu, oh mon Dieu ! »

Fidelio X1

Chaque fois que l’un de mes casques lâche, j’essaye de monter en gamme pour atteindre une qualité supérieure et là j’ai un peu craqué dans ma tête. Je crois que ce sera mon dernier casque sédentaire.

Privé d’enceintes dans mon petit appart de région parisienne, j’ai été pas mal frustré. Je me suis donc tourné assez vite vers les casques. Le déclencheur, ça a été lorsque ma voisine du dessus m’a signifié qu’elle n’aimait pas entendre des cris d’orcs à 23h. Moi je préfère ça aux pleures d’enfants, mais chacun son truc, et je suis arrangeant.

Un peu d’histoire

J’ai donc fait l’acquisition d’un casque Razer 5.1 de gamer. Verdict : le son est sympa à l’exception des basses qui sont remplacées par des vibrations (oui oui, vous avez bien lu). Pratique, en jeu il permet de localiser assez précisément les éléments sonores (plus qu’avec l’émulateur stéréo 3D de Creative). Je m’en contentais donc. (voir Razer Barracuda HP-1 Gaming Headphones : enfin un casque 5.1 convenable)

Pour l’écoute sur baladeur, j’ai commencé par un Koss The Plug. Il s’agit là des premiers intra-auriculaires connus du grand public. Des basses super profondes, mais le reste du spectre est quasi inexistant. Dommage. Plus tard, je changeais pour des Sennheiser CX300 qui étaient assez similaires, hormis le fait que le spectre était ramené vers le haut, zappant les grosses graves d’antant. Damned. (voir Koss The Plug et Sennheiser CX 300)

Lorsque les câbles de ces maudits casques à 30€ mourront, je déciderai d’acheter un Klipsch Image S4 censé être plus solide. Erreur, mais en attendant, les deux transducteurs présents donnent un meilleur son mieux étalé. Lui aussi décédera de fils pétés dans la gaine (voir Klipsch Image S4).

Finalement, je décide de passer à la gamme encore au-dessus et d’acheter des Bose IE2. Ce ne sont pas des intras, mais ils tiennent très bien dans l’oreille et n’isolent pas des bruits extérieurs  Parfaits pour faire du sport. J’ai enfin un produit nomade qui délivre un bon son (voir Avis : écouteurs Bose IE2). Avec ceux-ci, on notera la perception des graves semble dépendre de l’oreille qui accueille l’intra.

Bon, reste que mon casque 5.1 est sympa pour jouer mais il est loin d’être Hifi. Jusque là, j’ai du mal à trouver un casque qui rende correctement les graves et offre un son clair. L’IE2 est un casque d’extérieur, il atteint un peu ses limites en HiFi aussi.

Un peu de X1 aussi

A la fnac, je tombe par hasard sur le Philips Fidelio L1 : Mais il a un très bon son avec des graves ! Sur le Net je découvre qu’il a un grand frère : le X1. Les critiques sont unanimes et seuls certains s’attardent la présence un peu trop importante de graves. Mais je m’en fiche, j’aime ça les graves. Impossible de le trouver chez Darty ou Boulanger, encore moins de l’essayer. C’est donc chez Magma à Paris que je pourrai l’essayer et… l’adopter. C’est la petite promo de 30€ qui m’aura donné le coup de grâce.

Mon premier avis : ce casque est une tuerie. Jamais je n’aurais pensé constater un écart de qualité aussi important avec mes casques précédents. Le son est précis, la stéréo est bien séparée, les détails sont impressionnants (j’entends les défauts des mp3), les graves sont là juste quand il faut. Je kiffe ! Ha la kiffade ! Ah et j’oublie la finition

Bon, c’est le premier effet kisscool, mais je vous enverrai sans doute nos faire-parts de mariage. Mais je reviendrai aussi plus tard compléter ce petit post après avoir plusieurs dizaines d’heure de zique (et de BluRay) dans les oreilles.

Jetez un oeil sur les tests effectués sur le X1 et notamment celui de Magma, ils commenteront ce petit bijou mieux que moi.

Avis : écouteurs Bose IE2

Bose® IE2

Je ruine régulièrement mes écouteurs et il y a quelques mois, j’ai fait l’acquisition d’une paire d’écouteurs Bose IE2. Ils succèdent aux Koss The Plug, Senheiser CX300 et aux Klipsch Image S4. Tous sont décédés sous mes yeux à cause d’un fil effiloché dans la gaine trop fine. Alors là, moi je dis halte aux cheveux cassants et aux pointes sèches !

Il était donc temps de penser à des écouteurs prévus pour affronter la jungle urbaine. Les IE2 sont de cette trempe et j’ai pu les tester sur une petite quantité de musiques respectable. Mais rappelez-vous que je ne suis pas un pro du son et qu’il y a des gus bien mieux placés pour donner un avis technique. Je suis le prince du subjectif.

Ces écouteurs ont des qualités certaines :

  • Le son me semble encore meilleur que le Klipsch Image S4 qui possède pourtant 2 drivers. On découvre encore de nouveaux sons 🙂
  • Les embouts StayHear sont parfaits pour faire du sport sans risquer de perdre une oreillette.
  • L’absence d’isolation phonique le rend plutôt bon pour se balader tout en entendant le camion qui arrive sur vous.
  • Sentiment de solidité, fils épais.
  • Très confortables.

Et des défauts aussi :

  • Le son est ressenti différemment en fonction de l’oreille. Certains disent que le son est très « Bose » (comprendre avec des grave omniprésentes), mais il me semble bien étalé. Lorsque l’embout s’enfonce trop dans l’oreille, je pense que les graves doivent prendre le dessus. Difficile de savoir comment il va sonner dans votre oreillle sans l’essayer.
  • Les basses n’atteignent toujours pas celles d’un Koss The Plug.
  • Ce ne sont pas des intra-auriculaires : le bruit extérieur est très présent. De fait, le rendu est assez moche dans une rue passante.
  • Les fils ont une durée de vie de moins de 2 ans en usage quotidien.

Au final, je leur trouve un son vraiment sympa, même si les graves dont je suis friand ne sont pas si présentes qu’annoncé (fonction de la morphologie de l’oreille sûrement). Pour moi il est dur de retrouver un casque qui n’isole pas : demandez-vous si c’est ce que vous cherchez.
Cela étant dit, j’aime bien ce casque, et après avoir dû supporter un intra d’entrée de gamme un weekend, je suis content de retrouver mon Bose !

Je vous fais signe quand j’ai réussi à ruiner celui-ci…

Voyez le test des Numériques pour vous faire une meilleure idée. J’ai réussi à trouver ce casque aux alentours de 100€ sur le Net. Il existe des versions pour Androids et iPhones.

Klipsch Image S4

Je comptais commencer par vous parler de ma carrière d’audiophile, mais bon, je suis loin d’être un spécialiste du son. Cela dit, j’ai un peu suivi la courte carrière de l’intra-auriculaire et ma récente acquisition d’un Klipsch m’a donné envie de faire un modeste résumé de mon expérience.

Je suis resté dans une fourchette de prix raisonnable allant de 30 à 54€.

Koss : The Plug

J’ai commencé par les premiers intras de Koss. Il s’agit d’oreillettes à embouts en mousse à mémoire de forme très isolants. Le son est orienté vers les graves, délaissant le haut du spectre mais fournissant des basses dignes d’un caisson de 5.1. C’est particulièrement agréable sur des musiques rythmées, mais moyen sur le reste. Je pense que c’est ce qui a fait réduire la note des Numériques de 4 à 2 étoiles (sur 5). L’enthousiasme du début est retombé, il est temps de mûrir le système.

On trouve ce casque à partir de 15€ aujourd’hui, 30€ il y a 4 ans.

Sennheiser : CX300

Le CX 300 (ou son clone chez Creative, le EP-630) a remplacé feu mon Koss. L’isolation est nettement moins bonne, même si elle reste bien meilleure que celle d’une oreillette. Le spectre sonore est mieux étalé : les aigus son plus présents et les basses plus discrètes. Les Numériques ont revu sa note à la baisse, passant de 4 à 3 sur 5. Il m’a été fidèle jusqu’à récemment, ses petits fils n’ayant pas résisté à mes torsions frénétiques.

J’avais dû le payer 39€, on le trouve maintenant à 30€.

Klipsch : Image S4

Ma toute dernière acquisition. J’ai fait quelques recherches chez mes potos des Numériques (on va dire que je leur fait de la pub) et j’ai été séduit par le S4 noté 4/5. Pour eux, ce sont des intras « next gen » : ils contiennent deux drivers (HP) et fournissent un son magnifique. Les aigus et les graves sont bien rendus, un plaisir qui n’est pas gâté par la répartition des fréquences sur les deux drivers.

Le S4 est fourni avec un boîtier métallique, deux paires d’embouts de formes différentes et un pitit bazar pour nettoyer les orifices de vos liquides corporels.

A 54€ chez Amazon (et en baisse), j’estime que c’est une très bonne affaire. Il existe une version spéciale iPhone (S4i, avec commande et micro) qui est inutile à toute personne pommeless.

Edition du 04/01/2011 :
Le casque est toujours aussi sympa. Bonnes graves bien profondes, bons aigus. Il tient bien dans l’oreille mais j’ai dû coller les plus gros embouts.
Les deux drivers par écouteur en font de grosses oreillettes, mais finalement, elle ne sont pas lourdes ou désagréables.
Il donne une impression d’une bonne finition. Enfin de bons écouteurs, j’en suis très content 🙂

Et alors ?

Et bien, la qualité est allée croissante à travers ces trois générations et je suis vraiment satisfait des Klipsch jusqu’ici. Espérons qu’il ne feront pas mal aux oreilles sur une longue écoute.