Tag Archives: censure

Filtrage et censure d’Internet : voilà, on y est.

Tous pirates !

Je me souviendrai de 2015 comme de l’année au cours de laquelle le filtrage de l’Internet Français a vraiment commencé. Vous aussi vous pensiez que c’était impossible avec un gouvernement socialiste ? Mouahaha ! C’était juste plus facile de faire passer le suppo. Vous ne l’avez pas vu venir, n’est-ce pas ?

Sachez donc que depuis quelques jours, il est possible à la Police Nationale de bloquer des sites Internet sans avoir recours à un jugement équitable :

Lorsque les nécessités de la lutte contre la provocation à des actes terroristes ou l’apologie de tels actes […] ou contre la diffusion des images ou des représentations de mineurs […] le justifient, l’autorité administrative peut demander à toute personne mentionnée au III de l’article 6 de la présente loi […] de retirer les contenus qui contreviennent à ces mêmes articles 421-2-5 et 227-23.

Ceci s’applique directement au niveau des fournisseurs d’accès à Internet mais aussi aux moteurs de recherche qui devront déréférencer dare-dare les sites suspects. Judge Dredd arrive, mais discrètement.

A n’en pas douter, les dessinateurs de Charlie Hebdo seraient ravis que leur mort ait permis de cautionner cette petite loi mesquine qui est le premier vrai pas dans la censure d’Internet. Elle pourrait déboucher bientôt sur le blocage sans jugement des sites de téléchargement illégal, puis pourquoi pas un jour des sites « immoraux » comme ce blog. On en reparle dans quelques mois.

Source : Legifrance.
Lire aussi : La France persiste et signe la censure administrative du Net.

Si tu es prêt à sacrifier un peu de liberté pour te sentir en securité tu ne mérites ni l'autre Thomas Jefferson

Hadopi : Manifestation du 25 avril 2009 (souvenez-vous)

J’ai tenu à récupérer cet article de l’ancien blog comme un souvenir de notre action collective. Hadopi, ça fait 5 ans maintenant qu’on en parle, c’est rentré dans les moeurs et aujourd’hui on s’est habitué à la voir dans le paysage d’Internet. Pourtant, comme prédit à l’époque, son utilité est discutable et je continue autant à télécharger des DivX qu’à aller au cinéma. Ma vie d’Internaute n’a pas changé et le les lois ne sont toujours pas adaptées au numérique. Voyons ce qu’on s’en disait il y a 5 ans :

Je n’ai rien à cacher, je suis pour la surveillance massive !

Combien de fois j’ai pu entendre cette réflexion simpliste. Pour contrer cet argument tout pourri, je vous propose une petite vidéo qui vous expliquera pourquoi plutôt que d’étouffer doucement la liberté de pensée et d’expression, il n’est pas une mauvaise idée de rappeler à quel point elle est vitale dans une démocratie.

Selon Glenn Greenwald, nous avons forcément tous quelque chose qu’on ne veut pas que les autres découvrent (notre troisième téton, notre maîtresse cachée, notre sex tape houleuse, nos rêves syndicaux, mon plan pour conquérir le monde…). Affirmer qu’on a rien à cacher, c’est se leurrer et se forcer à une conduite parfaitement conformiste pour rester cohérent.

La surveillance des masses a deux effets pervers selon Glenn :

  • Elle fait croire que seules les mauvaises personnes ont des choses à cacher (terroristes, pédophiles, etc.). C’est bien sûr faux, il y a tout un tas de raisons pour ne pas vouloir être épié en permanence.
  • La pression de la surveillance modifie les comportements pour nous rendre plus conformistes, obéissants, soumis et limite l’activisme. Du pain béni pour un régime dictatorial(1).

Quelques citations édifiantes avant de vous laisser regarder la vidéo :

Question à Eric Schmidt, PdG de Google(3) :
– Les gens voient Google comme leur confident. Ils devraient ?
– Si vous faites quelque chose que vous ne voulez pas que les autres sachent, peut-être auriez-vous dû commencer par ne pas le faire.

La surveillance massive crée une prison de l’esprit plus efficace que la force brute ne pourrait jamais l’être.

Glenn Greenwald

Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.

Benjamin Franklin

Vous savez, Jennifer Lawrence aussi n’avait rien à cacher. Ben effectivement, elle ne cachait pas grand chose, la coquine !

Spi.

Si vous êtes anglophone, laissez-vous convaincre par l’intervention de Glenn(2).

Edit : vous pouvez aussi regarder une autre vidéo de 20 minutes, en français cette fois. Elle est publiée dans les commentaires de cet article par Dju.

Alors, convaincus ? 😉

A voir :

  1. 1984
  2. Glenn Greenwald nous explique pourquoi la vie privée, c’est important (vidéo de 20 minutes en anglais)
  3. – People are treating Google like their most trusted friend. Should they be?
    – I think judgment matters. If you have something that you don’t want anyone to know, maybe you shouldn’t be doing it in the first place.
  4. Le site de la Quadrature du Net

Terrorisme : Comme aux USA, un prétexte à la censure.

Suite à la tuerie de Mohammed Merah, notre fabuleux président a encore une fois démontré sa grande connaissance des moyens de communication modernes. Attention, ça pique les yeux :

« Désormais, toute personne qui consultera de manière habituelle des sites Internet qui font l’apologie du terrorisme ou qui appellent à la haine et à la violence sera punie pénalement. »

Bien entendu, c’est encore une fois une esbroufe et un coup de pression aux terroristes en herbe – espérons qu’ils apprécieront le geste – mais c’est aussi une magnifique façon de légitimer la Loppsi et  de renforcer le contrôle du Net. On reconnait bien là notre leader charismatique qui ne perd jamais le nord.

Quelques réflexions :

  1. Que je visite des sites terroristes ne fait pas nécessairement de moi un terroriste. Je suis peut être un journaliste ou un citoyen curieux ?
  2. Je me demande bien quelle loi j’enfreins en lisant Mein Kampf ou la recette pour créer de la dynamite.
  3. Les terroristes sont comme les pédophiles : habitués à agir de façon discrète.
  4. Il est vraiment temps de changer de président. J’espère qu’il ne se servira pas de ça pour se faire mousser.
Albert le moustachu a dit : « Le problème aujourd’hui n’est pas l’énergie atomique, mais le coeur des hommes. » Remplacez ça par Internet et vous aurez tout compris…

La France prem’s en europe sur la censure du Net.

En mars 2011, je rédigeais un article qui relayait l’analyse de Reporters sans Frontières sur la censure dans le monde. Avec une surprise plus ou moins grande, on y découvrait l’entrée de la France dans la catégorie « sous surveillance ». Merci à Hadopi et Loppsi pour l’obtention cette distinction.

Cette année encore, la France est le petit point rouge au milieu de l’Europe.

Carte de la cyber-censure - Reporters Sans Frontières.

Carte de la cyber-censure - Reporters Sans Frontières 2012.

Et pour rappel, voici la carte de 2011 :

Carte de la cyber-censure - Reporters Sans Frontières 2011.

Carte de la cyber-censure - Reporters Sans Frontières 2011.

Pour plus d’informations, lire l’article de RSF : Entre surveillance et filtrage, la brèche ténue des net-citoyens.